DR
DR [email protected]
DR [email protected]
E-PRESS PHOTO.COM
DR [email protected]
E-PRESS PHOTO.COM
DR [email protected]
E-PRESS PHOTO.COM

James Franco : sa déclaration d'amour à Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

James Franco est inspiré par Lana Del Rey

Lana Del Rey va-t-elle devenir la muse de James Franco ?L'acteur, réalisateur, producteur, peintre, professeur, écrivain etc... de 36 ans ne cache plus sa fascination pour la chanteuse à la voix langoureuse qu'on peut entendre à deux reprises sur la BO de Big Eyes, le dernier Tim Burton.Dans une tribune à V Magazine, celui qui a causé un scandale diplomatique entre les États-Unis et la Corée du Nord à cause de la comédie potache The Interview a confié : "Elle n'est pas faite pour cette planète. Je voulais interviewer Lana pour un projet de livre et elle m'a répondu : 'Écris simplement sur moi, c'est mieux si ce ne sont pas mes propres mots. C'est presque mieux si tu ne me cernes pas exactement, mais que tu as essayé'".De quoi mettre James Franco, amateur de fortes personnalités et d'esprits libérés, sous le charme. Celui qui a adapté Faulkner et Bukowski au cinéma envisage désormais de tourner un film autour d'une vision de Lana Del Rey : "Elle a une idée de film. J'ai envie de le réaliser car c'est un peu Boulevard du crépuscule. Une femme est seule dans une grande maison à Los Angeles. Elle ne veut pas sortir. Elle commence à devenir dingue et paranoïaque car elle a l'impression que des gens l'observent. Même dans sa propre maison. C'est comme un fantastique film de série B qui prend racine dans la tête de Lana. C'est à propos d'elle, et ce n'est pas à propos d'elle. Comme sa musique".L'admiration semble réciproque puisque si James Franco a été vu à plusieurs concerts de l'interprète de "Video Games", Lana Del Rey a assisté à la première du drame Child of God, un des innombrables films réalisés par le Californien prolifique.