Abaca

Où on lui découvre un point commun avec Barack Obama

Barack Obama est une source inépuisable de listes, de tops, et donc de débats en matière de goûts culturels. Cinéma, littérature, musique, jeux vidéo, SF, l’actuel président des Etats-Unis a un avis sur tout et a surtout bien compris l’intérêt de le partager. Et puis il est d’une génération qui peut parler de Star Wars, de SF (son top SF est ici), de rap et de gaming. Bref, de pop culture. S’il n’a jamais livré son top cinéma de tous les temps, il a au moins dévoilé son film préféré. Ou plus exactement ses deux films préférés puisqu’il s’agit des Parrain 1 et 2.

Le top SF de Barack Obama

Et Donald Trump alors ? Il y a quelques mois, la BBC avait rassemblé, en compilant différentes interventions du président élu, les cinq films préférés de celui qui fut aussi acteur à ses heures. Assez peu aventureuse, cette liste montre une cinéphilie classique et sûre, étonnamment intello, tendance virile compensée par une touche de sentimentalisme.

Et le film préféré de Donald Trump est :

1. Citizen Kane d’Orson Welles (1941)

DR

Charles Foster Kane, magnat des médias gouverné par un désir de conquérir le monde, n’est-il pas un genre de double de Trump ? Le président élu y voit également une leçon de vie : « Je crois que ce que nous apprend Citizen Kane est que l’argent ne fait pas tout. Il avait la fortune, mais il n’avait pas le bonheur » analyse-t-il dans une interview surréaliste car étonnamment introspective réalisée par le grand documentariste Errol Morris pour un projet de film avorté, mais dont il reste une trace. Une trace qui ne manque pas de faire ressurgir la nature profonde de Donald puisque, quand on lui demande quel conseil il aurait pu donner au héros d’Orson Welles, voici sa réponse : « Change de femme ».

L'incroyage carrière d'acteur de Donald Trump

2. Le Bon, la brute et le truand de Sergio Leone (1966) 

3. Le Parrain de Francis Ford Coppola (1972)

4. Les Affranchis de Martin Scorsese (1990)

5. Autant en emporte le vent de Victor Fleming (1939)

Bonus : Bloodsport de Newt Arnold (1988)
Dans un portrait de Trump réalisé en 1997 par le New York Times, le businessman citait ce nanar d’action qui révéla Jean-Claude Van Damme comme son film d’avion (entendez jet privé, bien sûr) préféré.