DR

Juste après sa projection cannoise, le film familial se dévoile un peu plus.

 

 

Projetée hier sur la Croisette, hors compétition, l'adaptation du Bon Gros Géant de Roald Dahl par Steven Spielberg a divisé la critique... mais enchanté Première. Car à travers ce film familial, le cinéaste évoque en fait sa propre carrière :

"Il ne faut pas longtemps au spectateur du BGG pour comprendre la dimension d’autoportrait à l’œuvre ici. Le géant (du cinéma), c’est lui, l’hommebigger than life qui a consacré sa vie à « distribuer » des rêves, et qui possède le don d’entendre les émotions intimes des enfants du monde entier (on n’interprète pas : c’est littéralement ce que raconte le film). La visite du "monde des rêves" est un moment enchanteur, haïku magique et synthèse parfaite de "l’artisanat" spielbergien, comme un manuel poétique qui donnerait à comprendre concrètement comment fonctionnent les songes. How the dream works. Se mettre à chialer à la trentième minute d’un Spielberg est une émotion bizarre, inédite. Une fois embarqué sur cette pente-là, celle de la main tendue du raconteur d’histoires vers son public ami, celle du cinéaste admirant son propre reflet avec une conscience extraordinairement aiguë de sa place dans l’histoire, impossible de faire la fine bouche devant le film. Le BGG se tient là, devant nous, un peu gauche et inquiétant avec ses oreilles décollées, ses cheveux mal peignés et son regard d’une tristesse infinie, dans lequel on a pourtant envie de se noyer. C’est bien lui, Spielby. Le Bon Gros Génie." (La critique complète est lisible ici)

En parallèle de cette projection événement, une nouvelle bande-annonce a été proposée. Elle dévoile davantage l'univers enchanteur des Géants, tout comme cette affiche inédite, où l'on voit enfin en gros plan le personnage joué en performance capture par Mark Rylance :

 

DR

Le Bon Gros Géant sera aujourd'hui encore au coeur de l'actualité, Spielberg étant toujours à Cannes pour présenter son projet aux journalistes. On en reparlera donc très vite.