Moi, moche et méchant 2
Universal

Le film d'animation revient ce soir sur TF1.

Lorsqu’on a rencontré Pierre Coffin et Chris Renaud pour parler de Moi, moche et méchant 2, en 2013, c’est surtout le premier qui était bavard, en particulier au sujet des Minions. Cool : les petites bêtes jaunes sont omniprésentes dans ce nouvel opus et elles auront bientôt droit à un spin-off.
Propos recueillis par Elodie Bardinet (@Eb_prem)

Un esperanto incompréhensible
Coffin est notamment revenu sur les techniques de doublage qu’il a dû modifier pour Moi moche et méchant 2. Le travail de Gad Elmaleh est resté le même sur cette suite (prêter sa voix et un accent russe à Gru, le héros), mais celui de Pierre Coffin a été plus important. En plus de mettre en scène le long-métrage avec son collègue, il s’occupe du doublage des Minions, le contraire d’une sinécure : "Le langage était simplifié, mais paradoxalement c’était plus de travail. Parce que les Minions sont beaucoup plus présents dans cette suite - la chanson du boys band, par exemple, je l’ai chantée en 35 langues en changeant quelques mots pour qu’elle soit drôle suivant les cultures. C’est une sorte d’espéranto… mais qui n’a pas de sens (rires)."

Mission accomplie : la séquence, qui parodie les chansons à l’eau de rose est délirante. Mais le défi était ailleurs. Dans le premier opus, on comprenait une bonne partie des mots utilisés par les Minions, qui étaient inspirés par des termes français. Du coup, le réalisateur avait dû traduire pas mal de séquences, afin qu’elles soient aussi drôles dans d’autres langages. La célèbre scène de la peluche (lorsque Gru demande aux petits personnages de créer un nouveau jouet pour Agnès, dont la Licorne a été détruite) utilisait par exemple le mot "papuche" pour peluche, qui avait été traduit "papoy" en anglais (pour "toy").Dans cette suite, Coffin a opté pour un sabir qui mélange des termes de différentes langues : Poulet Tikki Massala, Gelato, look at you… les expressions ne sont plus seulement françaises.

"Les mots sont choisis pour leur écho et leur sonorité comique. Par exemple, le mot de passe ‘Poulet Tikki Massala’, on le comprend bien est c’est marrant. Je voulais alterner avec des mots qu’on connait à peu près dans toutes les langues. Par exemple, quand les Minions courent après le camion de glace, ils crient 'gelato', le terme italien. C’est pas très grave que les enfants n’aient pas la référence : ce qui est drôle, c’est l’excitation des personnages quand ils hurlent pour avoir une glace."

Gru 100% gentil dans Moi moche et méchant 2 : "Cela aurait été une erreur"

Attention aux gros mots !
OK, mais Pierre pourquoi avoir changé de langage entre les deux volets ? "En réaction aux Italiens ! C’est du délire : là-bas, ils avaient tout traduit, alors que le côté charmant et rigolo des Minions, pour moi, vient du fait qu’on n’arrive pas à les comprendre. On attrape quelques mots par-ci par-là, du coup c’est ridicule, mais comme on a compris grâce à l’intonation, ça devient drôle. Les mots sont choisis pour leur côté comique.  Je n’avais pas de droit de regard pour le premier volet, mais ce coup-ci j’ai insisté pour l’avoir, et c’est moi qui ait doublé les Minions en plusieurs langues. C’était beaucoup de boulot, et beaucoup de n’importe quoi… en proférant des sons au hasard, il se trouve que je balance finalement beaucoup de gros mots étrangers. Résultat, une fois le doublage effectué, on a dû envoyer nos différentes versions aux pays concernés, pour faire valider les traductions. Bizarrement, je dis beaucoup d’horreurs en Grec (rires). J’ai dû modifier pas mal de termes."

La même technique devrait être réutilisée pour Minions, le film, sorti en 2015. Si la question du doublage vous intéresse, voici un making-of consacré à Gad Elmaleh et ses nouveaux collègues de Moi, moche et méchant 2Audrey Lamy et Eric Cantona

Pierre Coffin : "Le phénomène Minions nous a un peu échappé"

A lire aussi sur Première