Robert Downey Jr fin Iron man
Paramount Pictures France

L’acteur s’est confié dans une longue interview sur l’évolution de Tony Stark et son ressenti après Avengers : Endgame.

L’homme de fer a rangé définitivement son armure au placard et Robert Downey Jr. s’est mis à nu dans sa première interview importante depuis Avengers : Endgame. Au micro de Sam Jones pour Off Camera, l’acteur a évoqué l’évolution de son personnage, dont la première apparition dans le MCU remonte à 2008.

Dans son premier film solo Iron Man, Tony Stark crée sa première armure pour se protéger et fuir d’une grotte dans laquelle des hommes armés l’ont enfermé. Sa dernière fabrication dans Avengers : Endgame, est un gantelet lui permettant d’utiliser les pierres de pouvoir et effacer Thanos d’un claquement de doigts, quitte à y passer lui aussi. Une évolution évidente pour l’acteur qui incarne ce personnage emblématique du MCU : "La première armure est conçue uniquement pour protéger ce "moi", "mon égo" et "mon intégrité physique". (…) Mais la dernière n’est pas faite pour protéger Tony ni même faire en sorte qu’il survive. C’est un peu le mythe du héros de Joseph Campbell [écrivain américain, auteur du Héros aux mille et un visages, ndlr], ce moment où Tony arrive à la fin de son voyage et décide de renoncer à un bonheur égoïste, préférant se sacrifier pour les autres."

Un film indépendant est arrivé à battre Avengers : Endgame au démarrage

Mais attention, pas question de confondre Tony et Robert. L’acteur a également tenu à revenir sur son vécu avec son personnage, avec qui il a dû mettre de la distance, surtout lorsque les deux ont commencé à trop se ressembler selon lui : "Au début, en créant et en m’associant avec Tony Stark et l’univers Marvel, puis en étant un bon businessman, ou en faisant preuve d’un peu de créativité et m’impliquant dans d’autres projets… il y a eu ce moment où, comme on dit, le maître commence à se comporter comme son animal de compagnie." Prendre de la distance a été d’autant plus nécessaire après la disparition de Tony Stark dans l’univers Marvel, malgré une pointe de nostalgie : "Je ne suis pas mon travail. Je ne suis pas ce que j’ai créé avec ce studio. Je ne suis pas ce passage dans ma carrière, passé à jouer ce personnage. Et c’est dommage quelque part, parce que l’enfant qui est en nous a tendance à dire "Non, la colonie de vacances ne finira jamais et on se tiendra tous par la main pour chanter ensemble autour du feu.""

Si la colonie de vacances est bien terminée pour RDJ, l’ancien Avenger ne disparaîtra pas pour autant de nos écrans puisqu’il est déjà attendu sur d’autres projets. Il a en effet été choisi pour incarner le nouveau Dr. Dolittle, dans The Voyage of Doctor Dolittle réalisé par Stephen Gaghan (scénariste du Traffic de Steven Soderbergh) et qui devrait sortir en janvier 2020. L’acteur a également signé pour retrouver son rôle iconique dans le prochain Sherlock Holmes, dans lequel il fera à nouveau équipe avec Jude Law sous la direction de Dexter Fletcher, qui vient de signer Rocketman. Elémentaire, mon cher Robert. 

Le réalisateur de Bohemian Rhapsody et Rocketman va tourner Sherlock Holmes 3