James Bond, Rien que pour vos yeux
MGM

France 4 poursuit son cycle James Bond avec un épisode porté par Roger Moore et Carole Bouquet.

A 21h, Rien que pour vos yeux, de John Glen, revient à la télévision. Cette aventure de 007 vaut-elle le coup ? Décryptage !

Le thème : "For your eyes only", un thème de Bill Conti chanté par la pop star écossaise Sheena Easton. Plus connue pour son duo avec Prince sur U Got the look ou pour être la femme junkie de Sonny Crocket dans Miami Vice, Sheena Easton donne un vernis New Wave à la belle mélodie de Bill Conti. Une vraie réussite.

Pourquoi L’espion qui m’aimait est l'un des meilleurs James Bond

James Bond contre : Aristote Kristatos, un mécène d’origine grecque aussi cultivé que cruel. James Bond doit retrouver le système de lancement des missiles nucléaires ATAC avant que Kristatos ne le vende aux Soviétiques. L'URSS seraient alors capable de détruire la flotte sous-marine de l’Occident. Bond est aidé dans sa quête par Melina Havelock (Carole Bouquet) qui, elle, cherche à venger la mort de ses parents, assassinés par Kristatos.

Le film : Première réalisation bondienne de John Glen, Rien que pour vos yeux marque un retour très terre à terre après les turpitudes spatiales de 007. Plus de super méchants, plus de domination mondiale… La volonté des producteurs est de ramener 007 dans un univers plus réaliste, plus dur et plus menaçant en favorisant l’action plutôt que les couteux décors de Ken Adam. Très noir, très dense, Bond redevient donc l’assassin étatique qu’il était au tout début de la série et dans les romans. Comme il s’agit encore de Roger Moore, la production ne peut s’empêcher de rajouter du fun. Le film est donc constamment à cheval entre la loufoquerie et le tragique. A trois Bond de la fin, Moore, déjà âgé pour le rôle, incarne donc un 007 plus dynamique et particulièrement crédible dans les scènes d’action, ou lorsqu’il balance un assassin d’un coup de pied dans le vide.

007ème ciel : 2 fois.

Oh James : Kidnappé par un hitman de Kristatos, Bond ne doit son salut qu’à l’intervention minutée de Melina Havelock, fille d’un archéologue marin éliminé par Kristatos. Melina (un peu comme le personnage d'Olga Kurylenko dans Quantum of Solace) veut se venger. Ceci dit, la vengeance n'exclut pas la bagatelle. Et une fois la mission remplie, James et Melina pourront se reposer enlacés. Bond rencontre également Bibi Dahl, une patineuse olympique encore adolescente. Bibi tente de séduire 007 dans sa chambre d’hôtel, mais conscient de son âge (et de son horrible doudoune bleue ?) James l’éconduit poliment.

"Oh, James !" : l'élite des James Bond girls

Bondologie : Roger Moore avait promis qu'il abandonnerait. Mais comme d'habitude, la promesse du gros chèque fut trop séduisante. Résultat, le prégénérique devait à l'origine aider à introduire un nouvel acteur. La séquence d’introduction était donc conçu comme un retour aux sources. D’abord, et pour la première fois depuis Les Diamants sont éternels, Bond retrouve Blofeld (jamais nommé pour des raisons de droit), sa némésis. Mais encore plus fort, le film s’ouvre sur 007 qui pose des fleurs sur la tombe de sa femme défunte Tracy. Rien que pour vos yeux était ainsi lié directement à Au service secret de sa majesté comme si rien n’avait existé entre les deux.

Movie magic : la poursuite en 2CV fait partie des incunables du film. Orchestrée par Rémy Julienne, elle n’a rien perdu de son charme désuet. Le coup de pied que donne Bond à la voiture en haut d'une falaise pour tuer un méchant est aussi anthologique et découvre une facette de Bond que Moore n’avait jusqu’alors pas exploré.

Phrase bondienne : James Bond à l'ado patineuse allumeuse : "Rhabillez-vous Bibi et j’irai vous acheter une glace."

Carole Bouquet : "Je me suis tellement ennuyée sur le tournage de James Bond"