After Earth Shyamalan
Sony Pictures Releasing France

Jaden et Will Smith reviennent dimanche soir sur TF1 dans ce survival post-apocalyptique.

À l'occasion de la diffusion d'After Earth dimanche soir sur TF1, redécouvrez les coulisses du film de science-fiction polarisant de M. Night Shyamalan. Nous avions interrogé le maître du suspense suite aux retours négatifs qu'avait essuyé son film dans la presse américaine.

Sur After Earth, avez-vous pu contrôler les choses autant que sur Incassable, par exemple ?

Quand vous signez pour un film qui coûte autant d’argent, vous acceptez l’idée de faire équipe – je ne le savais pas en commençant, je l’ai appris au fur et à mesure du tournage. (Rire.) Lorsque j’écris un scénario, je peux décider de rendre un personnage antipathique, tant que le budget n’atteint pas des degrés qui donnent des sueurs froides au studio. Je n’ai pas à me poser de questions du genre : "J’aimerais faire de ce mec un trou du cul, mais est-ce que je ne cours pas le risque de mettre le spectateur mal à l’aise ?" Sur une énorme production comme celle-ci, vous cherchez le plus grand dénominateur commun. L’idée qui prévaut chez les patrons de studios est que tout le monde doit aimer votre film, ce qui, à mon sens, n’est pas la meilleure façon de raconter une histoire... Dans le premier montage d’After Earth, j’ai tenté des choses un peu folles, absolument pas conventionnelles. J’ai fait en sorte de pousser le bouchon aussi loin que je le pouvais. À l’arrivée, certaines de ces idées sont restées, d’autres non. L’avantage quand on travaille à ce niveau – parce qu’il y a quand même des avantages –, c’est qu’il règne une grande discipline et que les paramètres sont clairement définis. Aucune chance qu’on m’accuse de complaisance en l’occurrence.

Peter Berg nous a raconté que travailler avec Will Smith sur Hancock avait été génial mais que chacune de ses décisions devait passer par Will. Le tournage s’est donc fréquemment interrompu pour donner lieu à des conversations de plusieurs heures qu’il aurait préféré ne pas avoir...

Le cas d’After Earth est différent dans le sens où l’idée est venue de Will. En acceptant de bosser avec lui, je savais qu’on aurait ce type de relation sur le tournage. Tant qu’on respecte le planning, je ne vois aucun inconvénient à avoir de longues conversations avec lui jusqu’à pas d’heure !

Une rumeur circule en ce moment selon laquelle Oblivion et After Earth seraient de la promo pour la scientologie déguisée en blockbusters de science-fiction. Qu’en pensez-vous ?

(Il explose de rire.) Parce que Will Smith et Tom Cruise jouent dedans ? Je n’ai pas entendu parler de ça, mais c’est intéressant. Tout ce que je sais, c’est que ces deux-là adorent la SF et que c’est un genre dans lequel ils se sont épanouis. Mais After Earth est d’abord un tout petit drame intimiste entre un père et son fils. La science-fiction et le spectacle ne sont qu’une toile de fond. Je pourrais aisément recréer ce film sur une scène de théâtre avec un décor de vaisseau en carton.