Les Choristes (2004) et La Mélodie (2017)
UGC/Pathé

France 2 diffuse deux films avec Kad Merad ce dimanche : Les Choristes (2004) et La Mélodie (2017).

Le deuxième tour des élections étant reporté, France 2 programme deux films français à la fin du week-end : Les Choristes, suivi de La Mélodie. Deux productions familiales qui ont pour point commun l'école, la musique et Kad Merad. Le film musical de Christophe Barratier, qui a réuni 8,5 millions de spectateurs au cinéma à sa sortie, fait depuis le bonheur du petit écran en trouvant son public à chaque rediffusion. Il suit l'histoire de Clément Mathieu (Gérard Jugnot), professeur de musique sans emploi, qui accepte un poste de surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs, en 1948 ; le système répressif appliqué par le directeur, Rachin (François Berléand), bouleverse Mathieu. En initiant ces enfants difficiles à la musique et au chant choral, Mathieu parviendra à transformer leur quotidien. Bande-annonce :

Kad Merad se lance dans la chanson

Dans La Mélodie, c'est à Kad Merad de jouer un professeur de musique. L'histoire ? A bientôt cinquante ans, Simon est un violoniste émérite et désabusé. Faute de mieux, il échoue dans un collège parisien pour enseigner le violon aux élèves de la classe de 6ème de Farid. Ses méthodes d’enseignement rigides rendent ses débuts laborieux et ne facilitent pas ses rapports avec des élèves difficiles. Arnold est fasciné par le violon, sa gestuelle et ses sons. Une révélation pour cet enfant à la timidité maladive. Peu à peu, au contact du talent brut d'Arnold et de l'énergie joyeuse du reste de la classe, Simon revit et renoue avec les joies de la musique. Aura-t-il assez d’énergie pour surmonter les obstacles et tenir sa promesse d’emmener les enfants jouer à la Philharmonie ?

Dommage, le résultat n'est pas aussi attachant que Les Choristes : "Un violoniste au chômage trouve un job d’enseignant dans un collège “difficile”. Grâce à sa rencontre avec un jeune garçon passionné par le violon, le prof malgré lui va pouvoir espérer emmener toute la classe jouer à la Philharmonie de Paris… Sur le papier, La Mélodie a des allures de Panzer émotionnel à la formule chimique redoutable (Les Choristes + Entre les murs + Karaté Kid). Mais le réalisateur Rachid Hami a le bon goût de jouer la carte de la sobriété, aidé par un Kad Merad assez génial dans l’art de l’understatement (boule à zéro, démarche robotique, regard triste) et une troupe de jeunes acteurs idéalement castés. Dommage que la morale de la fable (la musique adoucit les mœurs) passe un peu au forceps."