Luc Besson
Abaca

Installée dans la Cité du Cinéma, elle ne devrait plus accueillir d'élèves à la rentrée 2018.

Ouverte en 2012 à la Cité du Cinéma de Saint Denis, l'école de Luc Besson est en train de fermer. Sa vice-présidente, Isabelle Agid, a annoncé aux élèves actuellement inscrits, tous âgés de 18 à 25 ans et ayant accès gratuitement à des cours de cinéma (écriture scénaristique, mise en scène etc.), qu'il ne leur serait pas nécessaire de revenir à la rentrée. Dans la foulée, l'équipe administrative, a été licenciée et le directeur Laurent Joudon a officiellement quitté ses fonctions. Face à une telle annonce, les étudiants ont décidé de se battre pour sauver leur école. Début juillet, ils ont envoyé une lettre au ministère de la culture, dont BFMTV livre aujourd'hui le contenu : "L'Ecole de la cité va fermer. Le 29 juin 2018, la présidence de l'école a réuni tous les élèves pour nous annoncer que, n'ayant pas trouvé de mécènes pour subvenir à ses nécessités financières, elle n'assurera pas la rentrée prochaine."

Netflix pourrait racheter EuropaCorp, la société de Luc Besson

Isabelle Agid a alors précisé qu'elle aussi souhaitait trouver un moyen de la sauver, mais qu'elle ne pouvait plus continuer en l'état : "Faute de financements suffisants de l’Etat, et parce que les dons privés ne sont pas au niveau nécessaire, l’Ecole de la Cité doit redéfinir les conditions de son équilibre financier. Aussi, l’équipe pédagogique travaille et réfléchit sur le modèle à mettre en œuvre pour les années à venir, tout en tenant compte des contraintes financières propres à son modèle de financement. C’est pourquoi, afin de prendre les bonnes décisions, l’école met à profit l’été pour se réorganiser, et a pris la décision de repousser le recrutement de nouveaux élèves à une date qui sera rendue publique ultérieurement".

Les problèmes financiers d'EuropaCorp n'auraient pas d'impact sur la gestion de l'école de cinéma, et les accusations de violences sexuelles qui pèsent actuellement sur Luc Besson non plus. Ils seraient principalement liés au fait que de nombreux mécènes qui ont soutenu le projet à l'origine se sont peu à peu retirés, comme Pathé, Gaumont, BNP Paribas, M6 et Canal +. En 2012, les financements privés de l'école s'élevaient à 1,8 million d'euros, mais ils auraient depuis dégringolé en dessous des 200 000 euros, calcule la source. Ainsi, même si quelques partenaires fidèles restent, à l'image de Kerig, Transpalux et NextShot, et que le CNC et la région Ile-De-France participent, l'école serait en train de s'endetter. BFMTV ajoute que la part de financement d'EuropaCorp est assez faible, son rapport annuel précisant simplement qu'"EuropaCorp s’est engagé à verser en priorité la taxe d’apprentissage aux écoles de Seine-Saint-Denis". De façon générale, Luc Besson ne serait que très peu impliqué dans le fonctionnement de l'école : "Pour la première promotion, Luc Besson était le parrain, détaille un ancien élève, donc il s'est plus investi: il a fait trois ou quatre master class d'une demi-journée, puis une journée entière pour regarder les courts métrages de fin d'études. Mais il s'est moins investi avec les promotions suivantes, qui avaient d'autres parrains."

Il faut ajouter à cela des loyers très élevés (autour de 400 000 euros par an en 2012), qui n'auraient cessé d'augmenter au fil des années. Et une tentative d'élargir l'influence de l'école auprès d'étudiants adultes (pour des cours payants, cette fois), qui n'a pas marché.

Luc Besson accusé de violences sexuelles par plusieurs femmes

Prochainement au Cinéma