Joker Joaquin Phoenix
2019 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. TM & © DC Comics / Niko Tavernise

Un preneur d'otages voulait entre autres que le président ukrainien fasse publiquement la promo d'un documentaire de 2005 dont le narrateur était l'acteur de Joker.

The New York Times nous apprend une drôle d'affaire : hier, 21 juillet, un certain Maksim Krivosh aurait pris en otage treize personnes à bord d'un autobus dans le nord-ouest de l'Ukraine. La prise d'otages aurait duré une douzaine d'heures. L'homme, postant sa prise d'otages en direct sur les réseaux sociaux, aurait voulu commémorer une "journée anti-sytème" en poussant les politiques ukrainiens à admettre qu'ils sont des terroristes... Ce n'est pas hyper clair, mais il semble que l'une de ses demandes était plus, disons, inattendue : Krivosh voulait que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, fasse publiquement la promo d'Earthlings.

Ce documentaire, sorti en 2005, a été réalisé par Shaun Monson : le film, inédit en France, documente la cruauté animale à l'aide de caméras cachées -et d'une voix off assurée par Joaquin Phoenix (végétarien depuis ses trois ans et grand défenseur de la cause animale), ce qui a valu au comédien un trophée pour son engagement lors du San Diego Film Festival, la même année que son triomphe dans Walk the Line où il incarnait Johnny Cash. Le visage de l'acteur de Joker et Gladiator apparaît sur l'affiche d'Earthlings, à côté d'une plante et d'une tête de vache. Le président s'est exécuté, publiant sur son compte Facebook une vidéo incitant les Ukrainiens à regarder Earthlings, et Krivosh s'est finalement rendu sans faire de dommages.

Les dix meilleures performances de Joaquin Phoenix

Si vous êtes curieux, Earthlings est visible gratuitement en ligne ici. D'après le journaliste Christopher Miller (rien à voir avec le co-réalisateur de La Grande aventure Lego), correspondant de plusieurs médias anglo-saxons en Europe de l'Est, le ministre de l'intérieur ukrainien Arsen Avakov aurait ajouté que Earthlings était de toutes façons "un bon film" : "pas besoin d'être complètement taré pour l'apprécier".