20th Century Fox

Le 2e film de la trilogie sera diffusé ce soir sur W9.

En début d'année, l'équipe de La Planète des singes : Suprématie est repartie bredouille des Oscars (c'est Blade Runner 2049 qui a reçu le prix des meilleurs effets spéciaux). Les fans de la trilogie menée par Andy Serkis pourront cependant se consoler ce soir devant le 2e volet de la saga. Voici la critique publiée par Première à sa sortie.

Honest trailer de La Planète des Singes : L'affrontement des Origines de la Révolte

Dix ans après les événements de La Planète des singes : les origines, les singes et les hommes vivent désormais dans une paix précaire. Malgré la bonne volonté de César, la guerre paraît inévitable… 
En 1968, les choses étaient claires. La star de La Planète des Singes, c’était Charlton Heston, et personne d’autre. Témoignant d’un fascinant renversement des valeurs au sein de l’industrie hollywoodienne, la saga a progressivement écarté le facteur « humain » de l’équation qui fait son inoxydable succès. James Franco, John Lithgow et Freida Pinto, héros du reboot sorti il y a trois ans, ont ici été remplacés par Jason Clarke, Gary Oldman et Keri Russell, dans les rôles respectifs du bon gars, du vieux sage et de la plante verte. Mais on ne trouvera personne pour les pleurer. Si le monde entier trépigne d’impatience à l’idée de voir L’Affrontement, c’est pour Andy Serkis, interprète de César et promoteur infatigable de la performance capture, en charge d’incarner TOUS les enjeux du film, dramaturgiques aussi bien que technologiques. Et de ce point de vue-là, ce nouveau volet est un succès incontestable. Un vrai zénith en terme d’« incarnation » simiesque. La précision des gestes et des postures, l’effet de réel saisissant, le trouble qui s’empare de nous quand les primates prennent la parole… Comme tout blockbuster digne de ce nom, L’Affrontement parle ainsi, en filigranes, des frontières techniques qu’il s’emploie à repousser. C’est l’histoire d’un langage à assimiler, d’une bataille à mener, d’une place forte à conquérir. Presque un péplum. Le récit d’un triomphe. Celui de Serkis, donc, un comédien qui aura réussi à incarner tout un pan du cinéma mainstream contemporain sans jamais montrer son visage. Gloire à lui, César du meilleur acteur.

Frédéric Foubert

La Planète des Singes : l'Affrontement de Matt Reeves, avec Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, revient ce soir sur W9.