Spider-Man New Generation artbook
Hi Comics

Le compagnon idéal si Miles Morales vous manque.

Des films d’animation de cette trempe, il y en a au mieux un par décennie. Au moment de sa sortie en décembre dernier, Spider-Man : New Generation ringardisait instantanément toute la production actuelle (et les précédentes adaptations du Tisseur), en jouant la carte de la rupture graphique. Loin dans le rétro, la concurrence ne pouvait que s’agenouiller devant une telle maîtrise du rythme et de la technique. Un Golden Globe, un BAFTA et un Oscar plus tard, ce petit chef-d’oeuvre revient ce mois-ci en DVD et Blu-ray, alors que sort également chez Hi Comics un  passionnant artbook. Sobrement intitulé Spider-Man : New Generation - Tout l’art du film, il retrace la création de cet ovni à travers des storyboards et des concept arts - parfois encore plus stupéfiants que le film lui-même -, tout en analysant en profondeur son ahurissante grammaire visuelle.

Spider-Man New Generation artbook
Hi Comics

Extrêmement documenté, le bouquin évite pourtant le bavardage inutile et trouve le juste milieu entre textes et illustrations. Quelques citations bien senties des réalisateurs (le trio Peter Ramsey, Bob Persichetti, Rodney Rothman) et producteurs (Phil Lord et Chris Miller) viennent agrémenter des images en grand format, qui offrent une perspective inédite sur le long-métrage. 

Spider-Man New Generation artbook
Hi Comics

Sans jamais se gargariser de la réussite - incontestable, l’a-t-on déjà dit ? - du film, le livre met la prise de risque et l’attention aux détails de ses créateurs au coeur du débat. Le type d’artbook qui ne dormira pas éternellement sur l’étagère après la première lecture, et qu’on prendra régulièrement plaisir à feuilleter. Spider-Man : New Generation méritait au moins ça.

Spider-Man : New Generation - Tout l’art du film, 192 pages, 29,90 euros.

Spider-Man New Generation artbook
Hi Comics

A lire aussi sur Première

Cannes 2019 : J’ai perdu mon corps est bouleversant [Critique]

Jérémy Clapin illumine la Semaine de la Critique avec un premier film (d’animation) stupéfiant de virtuosité et d’humanité. Il repart du festival de Cannes avec le Grand Prix de la Semaine de la critique.