Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Warner Bros
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel
Man of Steel

Le blockbuster de Zack Snyder revient ce soir sur France 3.

A l'occasion de la rediffusion de Man of Steel, retrouvez ici les interviews de deux de ses acteurs principaux : Henry Cavill, qui joue Clark Kent/Superman, mais aussi Michael Shannon, l'interprète de son ennemi Zod.

Michael Shannon : "Au début, l'idée de moi en Zod me paraissait ridicule"

Interview du 10 juin 2013 : On pénètre dans la suite du Soho Hotel à Londres et, soudain, il apparaît : beau, grand, le regard bleu profond, la mèche de cheveux tombant sur le front. Superman en chair et en os ! Un dessin de John Byrne vivant ! 

C’est fou, vous avez vraiment la mèche ! C’est la vôtre, elle vous appartient ?
A 100% mienne ! C’est à ça que je ressemble au quotidien, j’ai toujours les cheveux longs. Et c’est comme ça que je me suis présenté à ma première audition, pensant évidemment que ça jouerait en ma faveur. Zack Snyder a eu exactement la même réaction que vous en me voyant ! On a finalement choisi de faire disparaître la mèche. Notre Superman a les cheveux peignés en arrière, mais pas de mèche…

Incroyable ! Vous avoir, vous, et décider de se passer de la mèche, c’est très révélateur du lifting que Man of Steel fait subir au personnage…
Absolument. C’est ce qu’a dit Christopher Nolan à la première réunion de production à laquelle j’ai assisté (la première et la dernière fois que j’ai croisé la route de Monsieur Nolan) : « Tout commence là : avec la mèche et le slip rouge. On doit s’en débarrasser ! ». Ce n’est pas le Superman de papa. L’iconographique naïve associée au personnage a été gommée autant que possible.

Une version « réaliste » de Batman, le justicier milliardaire avec un arsenal de gadgets hi-techs, on peut l’avaler. C’est plus difficile à imaginer pour Superman…
Que se passerait-il si Superman existait, si son existence remettait en question tout ce qu’on pensait savoir sur la science, la religion, l’univers ? C’est la toile de fond de notre histoire, celle d’un jeune homme qui part à la recherche de lui-même…

Man of Steel : le retour spectaculaire de Superman [critique]

Toute la mythologie s’en trouve chamboulée ? Doit-on comprendre que le costume, par exemple, a une justification « pratique » dans Man of Steel ?
Si on veut. Disons que le costume fait partie intégrante de l’histoire. C’est l’un des catalyseurs du scénario. Et je m’arrêterais là…

Pas de cabine téléphonique, cette fois ?
Désolé, je ne peux rien vous dire…

La question de l’incarnation est au cœur d’une performance comme celle-là. Comment se tenir debout, comment occuper le cadre, comment « être » Superman…
Oui, c’est assez inexplicable. Kal El voit le monde différemment, tout est dans le regard pur et concerné qu’il pose sur les évènements. J’avais en tête un visuel de l’application DC Comics sur Ipad : Superman, le visage ouvert mais le corps robuste, avec Batman à sa gauche et Wonder Woman à sa droite... Ça a été ma référence sur le tournage. Pour moi, la parfaite représentation de ce qu’il est : la bonté, la douceur, l’acceptation…

Première fois que vous enfilez le costume sur le plateau : vous mettez les mains sur les hanches ?
(Rires) Oui ! C’était un grand moment pour toute l’équipe, on a tellement bossé sur ce costume ! Mais oui, sans y penser, simplement pour me relaxer, je me suis surpris à poser mes mains sur mes hanches. Avant de me reprendre aussitôt : « Ah non, merde, je peux pas faire ça ! »

Man of Steel était censé lancer une histoire de Superman en cinq films

George Reeves, le premier Superman télé, est mort dans des circonstances étranges. Christopher Reeve a connu le destin tragique que l’on sait. Brandon Routh n’a plus de carrière… La « malédiction Superman », vous y avez pensé ?  
Absolument pas. Elle n’existe pas. Regardez Dean Cain (interprète de l’Homme d’acier dans la série Loïs et Clark, ndr) : il va très bien, lui !

Vous étiez parmi les finalistes pour jouer Batman, James Bond ET Superman. On vous a appelé « l’homme le plus malchanceux d’Hollywood ». Aujourd’hui, vous savourez ?
Quelque part, je suis reconnaissant d’avoir été pendant si longtemps un éternel second. Ça m’a enseigné une certaine humilité, ça fait quinze ans que je fais ce métier maintenant, je sais que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. J’ai vu Pierce Brosnan raconter, dans un documentaire sur Bond, la joie qui était la sienne quand il finalement décroché le rôle pour GoldenEye. Il y a un certain sentiment de revanche, c’est sûr…    

Un film « Justice League » se profile, réunissant les héros phares de DC Comics. Il y a un problème avec Superman, non ? Vous ne trouvez pas qu’au sein de la Justice League, il devient un peu… con ? Un peu con ? Une sorte d’autorité souveraine plus ou moins à la solde du gouvernement. Un super flic en somme…
Pas dans Death of Superman.

Ce n’est pas vraiment une histoire de la League. Il est seul contre Doomsday…
Parce que Doomsday a mis les autres K.O ! Le gros flic facho qui enquête sur ses collègues, c’est Batman. Batman est un peu con dans la League…  

On dirait que vous avez choisi votre camp.
C’est mon gars ! Je le défendrai jusqu'à mon dernier souffle.

Interview Benjamin Rozovas

Adieu Man of Steel 2 : Henry Cavill ne serait plus Superman au cinéma