Golden Globes 2019
DR

Côté cinéma, la cérémonie n’a rien fait comme on l’attendait.

L’affaire semblait entendue : Bradley Cooper et Lady Gaga allaient repartir des Golden Globes 2019 avec trois ou quatre statuettes en poche (meilleur acteur dans un film dramatique, meilleure actrice dans un film dramatique, meilleur film dramatique, meilleure chanson originale) pour A Star is Born. Des récompenses qui auraient tranquillement confirmé le rôle de favori aux Oscars du mélo pop de Cooper. Sauf que rien ne s’est passé comme prévu, notamment à cause d’un biopic de Freddie Mercury qu’une partie du milieu (mais pas le public) semblait avoir oublié. Bohemian Rhapsody a raflé deux des trois prix majeurs avec les Golden Globes du meilleur film dramatique et du meilleur acteur dans un film dramatique. Un retour en grâce ahurissant pour le long-métrage de Bryan Singer et surtout pour Rami Malek, dont la performance bluffante avait été occultée par les inexactitudes du scénario. Le dernier clou dans le cercueil de A Star is Born a été enfoncé par Glenn Close, qui a ravi le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique à Lady Gaga pour sa prestation dans The Wife, qui n’a pas encore de date de sortie chez nous. Une récompense surprise - Nicole Kidman était également dans la course pour Destroyer - qui laisse Gaga avec pour seule consolation le Golden Globe de la meilleure chanson originale (Shallow). De mauvais augure pour les Oscars ? Pas forcément, puisque les votants des deux cérémonies ne sont pas du tout les mêmes. Mais s’il n’y a officiellement pas de porosité, on sait que les résultats des Golden Globes sont capables d’influencer les votants et de remettre en selle des films pour qui tout semblait perdu… tout en faisant oublier les mieux placés.

Coup de théâtre également du côté de la catégorie comédie ou comédie musicale - pour on ne sait quelle raison, les Golden Globes continuent de séparer drames et comédies - avec la victoire de Green Book face à Vice d’Adam McKay, pourtant grand favori. Le premier film en solo de Peter Farrelly s’est également illustré en remportant le plus grand nombre de de prix de la soirée (trois, avec également meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali et meilleur scénario). Green Book s’était déjà illustré au festival de Toronto où il avait gagné le prix du public, mais peine depuis à attirer le public dans les salles. À l’heure où nous écrivons ces lignes, il a tout juste dépassé les 35 millions de dollars au box-office américain. Ces Golden Globes pourraient lui permettre d’attirer à nouveau la lumière sur lui.

Enfin, si Disney régnait depuis trois ans sur le Golden Globe du film d’animation (Vice-Versa en 2016, Zootopie en 2017 et Coco en 2018) et ne laissait pratiquement aucune chance à la concurrence depuis la création du prix en 2007, le géant s’est fait piquer la place par le fabuleux Spider-Man : New Generation. Un film Sony, sorti chez nous le 12 décembre dernier, qui redéfinit dans le même mouvement les adaptations de comics et le cinéma d’animation. Un choix pas forcément évident de la part des votants de la Hollywood Foreign Press Association puisque le long-métrage de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman s’autorise des excursions graphiques en terres inconnues et ne fait rien pour ménager ses spectateurs. D’autant que face à lui se trouvaient des mastodontes comme Les Indestructibles 2 - cash machine implacable adorée par le public (1,2 milliard de dollars au box-office) et la critique -, Ralph 2.0, L’Île aux chiens de Wes Anderson ou le bouleversant Miraï, ma petite soeur de Mamoru Hosoda.

Rendez-vous le 25 février prochain pour savoir si ces challengers confirmeront aux Oscars.