Galveston
The Jokers

Malick, Audiard, Coppola… Révisons nos classiques avant de découvrir le nouveau film de Mélanie Laurent.

La Balade Sauvage (Terrence Malick, 1973)

Un couple en fuite, dans le Sud profond des Etats-Unis… Le premier film de Terrence Malick avait été tourné sous l’influence de Bonnie and Clyde, mais il a à son tour créé un standard. Impossible de ne pas penser à La Balade Sauvage (Badlands en V.O.) quand on regarde Ben Foster et Elle Fanning tailler les routes texanes, direction Galveston (même si Mélanie Laurent, derrière la caméra, ne cherche jamais à s’enivrer du paysage américain avec autant de lyrisme que Malick, préférant une approche plus sèche et elliptique). Elle Fanning, elle, hérite de Sissy Spacek ces attitudes de femme-enfant dont le regard angélique va être obligé de regarder dans les ténèbres.

 

Les Frères Sisters (Jacques Audiard, 2018)

Deux tueurs à gages traversent les Etats-Unis pour abattre un alchimiste chercheur d’or… Rien à voir avec Galveston ? Non, en effet. Mais le western de Jacques Audiard, sorti le mois dernier, est l’autre road-movie US du moment, et il a la particularité d’avoir lui aussi été réalisé par un Français. Les deux films sont des œuvres de commande, deux regards européens sur des mythologies américaines.

 

Leave no trace (Debra Granik, 2018)

Sorti lui aussi le mois dernier, Leave no trace fait un excellent double programme avec Galveston, Ben Foster y tenant dans les deux films un rôle de papa poule à la fois fébrile et protecteur, s’enfonçant dans des contrées de plus en plus sauvages avec sa co-équipière : dans le film de Debra Granik, c’est sa fille, dans celui de Mélanie Laurent, une jeune prostituée égarée qu’il va prendre sous son aile et bientôt couver d’un regard paternel.

 

Somewhere (Sofia Coppola, 2010)

Elle Fanning en compagnie d’un papa poule ? On pense encore une fois au Somewhere de Sofia Coppola. Difficile d’échapper au souvenir de ce film-là : à chaque nouveau rôle d’Elle Fanning, on guette l’instant où elle sortira de sa chrysalide, quittera pour de bon le territoire de l’enfance. Et la plupart des films dans lesquels elle jouait récemment raconte ce moment de bascule : The Neon Demon, How To Talk to Girls at Parties, Galveston… La prochaine fois, c’est sûr, elle sera grande.

 

True Detective, saison 1 épisode 4, « Who Goes There » (2014)

On triche un peu en glissant dans cette liste un épisode de série plutôt qu’un film. Mélanie Laurent adapte avec Galveston le roman de Nic Pizzolatto, créateur de True Detective. Et elle et son chef op’ Arnaud Potier n’ont pas pu résister à l’envie de dégainer soudain, au cœur de leur film, un plan-séquence en forme de morceau de bravoure, qui colle aux basques d’un Ben Foster en mauvaise posture. Un clin d’œil évident au fameux “tracking shot” de six minutes de l’épisode 4 de True Detective. Mélanie Laurent, Cary Fukunaga, même combat.

A lire aussi sur Première