DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Les zombies sont de sortie !

Land of the dead

Land of the dead <strong>Zombie ? story : </strong>Les humains se sont regroupés dans des villes fortifiées, à l?intérieur desquelles des castes se sont formés : les riches, les larbins, les pauvres. En dehors, les zombies s?organisent. <strong>Le plus beau Zombie : </strong>Même si le plus charismatique est « Big Daddy » ( <strong>Eugene Clark</strong> ), le chef de meute black, le plus beau, et le plus drôle, est Cholo ( <strong>John Leguizamo</strong> ) qui tient à bouffer Kufman, le maître de la cité des humains (joué par un <strong>Dennis Hopper</strong> cabot). <strong>La plus belle mort : </strong>Deux pour le prix d?un. Au moment où Cholo semble vouloir en finir avec Kaufman, on se rend compte qu?ils sont sur le capot d?une voiture inondée d?essence. Au même moment, Big Daddy lance un bidon enflammé dans leur direction. Voir Leguizamo éjecté est jubilatoire. <strong>L?evolution :</strong> Retour au bon vieux héros black, comme au commencement. Maintenant les zombies s? « humanisent » : ils leur restent quelques traces de leurs vies passées, comme des réflexes. Ainsi l?ancien pompiste se propose gentiment de faire le plein d?essence, en échange de quelques morceaux de chair.

Flic ou zombie

Flic ou zombie <strong>Zombie ? story :</strong> Deux policiers de L.A. découvrent après un braquage qu?un laboratoire fou a inventé le moyen de ressusciter les morts pendant 12 heures. <strong>Le plus beau Zombie : </strong>La Chose <em>(</em> <em>The Thing</em> aux US, interprété par <strong>Steven R. Bannister</strong> ). Sorte de Thor à 3 yeux shooté aux hormones et donc assez susceptible quand on veut lui faire la peau. <strong>La plus belle mort :</strong> Lorsque Randi James ( <strong>Lindsay Frost</strong> ) se décompose en pleurant devant Roger Mortis (le Treat Williams d? <em>Il Etait une fois en Amérique</em> )?. Tellement injustifié et kitsch que ça en devient magnifique. <strong>L?evolution :</strong> Les zombies parlent, ont conscience de leur état, et ont même une forme d?humour.

L'Amée des morts

L'Amée des morts <strong>Zombie ? story : </strong>Remake officiel du <em>Zombie</em> de <strong>George A Romero</strong> , avec quelques changements notables. <strong>Le plus beau Zombie :</strong> Luda ( <strong>Inna Korobkina</strong> ), la première zombie enceinte. <strong>La plus belle mort : </strong>Le fils de Luda justement. Shooter un nouveau-zombie-né, vous en rêviez ? Snyder l?a fait. <strong>L?evolution :</strong> Ces zombies là ont du regarder MTV. Contrairement aux « walkers » de Romero, les morts-vivants de <strong>Snyder</strong> se lancent volontiers dans des sprints ou des sauts qui démontrent qu?ils n?ont rien perdus de leur vitesse et de leur agilité en passant de l?autre côté. Ils sont en plus assez résistants aux balles.

Zombie de Romero

Zombie de Romero <strong>Zombie ? story :</strong> Des morts-vivants assoiffés de sang ont envahi la Terre et se nourrissent de ses habitants. Un groupe de survivants se réfugie dans un centre commercial abandonné. Alors que la vie s'organise à l'intérieur, la situation empire à l'extérieur... <strong>Le plus beau Zombie :</strong> La star incontestée de l?histoire des Zombies : Krishna Zombie (Mike Christopher), disciple trash de Bouddha qui en veut à Francine ( <strong>Gaylen Ross</strong> ). <strong>La plus belle mort : </strong>Stephen ( <strong>David Emge</strong> ) se paye le luxe de mourir deux fois en 6 m?. Une première fois lorsque de 6 zombies le croquent dans un ascenseur, une seconde quand, à l?état de morts-vivants, il se prend une balle tirée par Peter ( <strong>Ken Foree</strong> ). <strong>L?evolution : </strong><strong>Romero</strong> semble avoir trouvé le bon filon pour professer son gauchisme politique à la population américaine. Le film gagnant instantanément son statut culte, <strong>Dario Argento</strong> montera (défigurera selon certains) le film pour une exploitation européenne. Par rapport à <em>La Nuit des morts-vivants</em> , les zombies sont ici plus agressifs, ont clairement la dalle, et commencent à s?organiser pour se taper des petits festins. Le tout pour 1,4M $. Ça c?est du changement.

Shaun of the dead

Shaun of the dead <strong>Zombie ? story :</strong> Shaun ( <strong>Simon Pegg</strong> ), dont la vie se résume à la playstation et à la bière, voit sa vie pimentée pas l?arrivée massive de morts-vivants. <strong>Le plus beau Zombie : </strong>Ned ( <strong>Nick Frost</strong> ). Transformé en mort-vivant à la fin, il reste moche, gros et surtout accroc à la playstation. <strong>La plus belle mort :</strong> Un autre matricide. Shaun, sous les invectives de David ( <strong>Dylan Moran</strong> ) truffe de plomb le cerveau de sa maman ( <strong>Penelope Wilton</strong> ), à coup de Winchester, dans le pub?Winchester. <strong>L?evolution : </strong>La séquence d?ouverture dans le métro est fantastique, tout comme le tabassage en règle d?un zombie sur « Don?t stop me now » de Queen. <strong>Wright</strong> prouve qu?une parodie « intelligente » est possible.

La nuit des morts vivants

La nuit des morts vivants <strong>Zombie ? story : </strong>Un groupe se réfugie dans une maison parce qu?ils sont attaqués par d?autres personnes malintentionnées. Ils apprennent à la radio qu?il s?agit de morts-vivants. Tiens : ils se rapprochent de la maison?. <strong>Le plus beau Zombie :</strong> Le premier d?une longue et belle lignée : le zombie du cimetière ( <strong>Bill Heinzman</strong> ). Un mélange de prof de chimie et d?employé municipal. Terrifiant. <strong>La plus belle mort : </strong>Un beau matricide comme on n?en fait plus. Helen Cooper ( <strong>Marilyn Eastman</strong> ) se fait assassiner par sa fille zombifiée Karen ( <strong>Kyra Schon</strong> ), à coup de bêche façon <em>Psychose</em> . <strong>L?evolution : </strong>Après les zombies vaudous de Tourneur (Vaudou 1943), Romero et sa bande de potes de Pittsburgh re-inventent le mythe du zombie à la sauce nucléaire. On est en plein Vietnam, et le film est autant un film de genre, qu?un manifeste politique sévère. D?ailleurs le héros est noir : sévère on vous dit. Coût total du film : 100 000 $.

Le retour des morts vivants

Le retour des morts vivants <strong>Zombie ? story :</strong> Deux employés d'un entrepôt de fournitures médicales libèrent accidentellement le gaz toxique d'un conteneur militaire stocké dans la cave depuis la fin des années soixante et censé ramener les morts à la vie. <strong>Le plus beau Zombie : </strong>Franck ( <strong>James Karen</strong> ). Le plus humain de tous les morts-vivants choisit de se suicider afin d?échapper à sa condition de zombie. <strong>La plus belle mort : </strong>Celle de Suicide ( <strong>Mark Venturini</strong> ) qui se fait bouffer le cerveau en tentant de délivrer Tina ( <strong>Beverly Randolph</strong> ). Il tombe en fait sur un zombie enfermé depuis plus de 15 ans et donc très affamé. <strong>L?evolution : </strong>Ici, les zombies sont à la fois rapides, drôles (James Karen) et?. dotés de la parole. <strong>O?Bannon</strong> (scénariste d? <em>Alien</em> <em>,</em> de <em>Darkman</em> et de <em>Total Recall</em> ) a tout fait pour s?éloigner des créations de <strong>Romero</strong> pourtant clairement évoqué au début du film.

Le jour des morts vivants

Le jour des morts vivants <strong>Zombie ? story : </strong>Suite à l'invasion planétaire de morts-vivants, un petit groupe arrive en hélicoptère pour rechercher d'éventuels survivants. Peine perdue, ils regagnent leur base, un camp militaire fortifié. <strong>Le plus beau Zombie :</strong> Bub ( <strong>Sherman Howard</strong> ), le zombie cobaye, très attachant et finalement très humain (au désespoir des fans). <strong>La plus belle mort :</strong> Un beau symbole. Miguel (Anton Di Leo), condamné parce que mordu par un zombie, se sacrifie à une bande de sauvages afin que ceux ci puissent pénétrer dans le bunker et bouffer les militaires. <strong>L?evolution : </strong>Sorti quelques semaines après le film d? <strong>O?Bannon</strong> , celui-ci est clairement anti-militariste et critique les années Reagan. Les nouveautés ? Il est désormais possible de domestiquer les zombies ; les morts-vivants sont un peu plus forts que d?habitude et, pour la seule et unique fois dans un Romero, un zombie parle : Bub coaché par Logan murmure un « Hello Aunt Alicia »

L'enfer des zombies

L'enfer des zombies <strong>Zombie ? story :</strong> Fausse suite du <em>Zombie</em> de <strong>Romero</strong> . Une expédition est menée afin de retrouver le père d?une des héroines, disparue sur une île des caraïbes. Ils découvrent alors un médecin essayant de trouver un remède à une épidémie de morts-vivants. <strong>Le plus beau Zombie :</strong> Il y a l?embarras du choix. <strong>La plus belle mort : </strong>Celle de Paola ( <strong>Olga Karlatos</strong> ), la femme du Dr Menard. La belle se prend une belle écharde dans l??il droit, avec l?aide d?un zombie joueur bien sûr, avant d?être le met principal d?un repas entre convives. <strong>L?evolution : </strong><strong>Fulci</strong> tire le genre vers le Z? La grandiloquence, l?emphase et la décadence. Grande première : Lucio invente les zombies qui? nagent. On est aux caraïbes.

Bienvenue à Zombieland

<strong>Zombie Story :</strong> Dans un monde infesté de zombies, deux hommes tentent de survivre. Columbus, le plus jeune, est terrorisé à l'idée d'être dévoré... Tallahassee, lui, est un chasseur de zombies très efficace mais un peu beauf. Entre deux cassage de gueule zombiesque, ils rencontrent une ado et sa soeur très jolie... A quatre, ils vont tenter de rejoindre la Californie.<strong>Le plus beau Zombie :</strong> un des plus étonnant est ce gros rednecks qui court au milieu du mall, avant de se faire massacrer à coup de banjo dans la tronche. <strong>La plus belle mort :</strong> c'est le clou du film, l'apparition d'un acteur ultra célèbre dans un caméo absolument génial... Et non, on ne vous dira rien.<strong>Evolution :</strong> Ruben Fleischer réussit l'impensable : l'alliance du film de zombie et du teen movie. Un must !

Ils vont font peur, vous dégoûtent, vous font rire : les morts vivants font régulièrement leur réapparition au cinéma. Le "film de cadavres" devient un genre cinématographique à part entière avec George Romero, spécialistes des morts vivants et autres revenants répugnants. Souvent considéré comme un sous-genre, il n'empêche que le film de zombies a ses références, reconnus par les plus cinéphiles. A l'occasion de la sortie de Bienvenue à Zombieland, Première.fr revient sur dix films marquants.Par Perrin Jusseaume