Les Félins
1964 - Europacorp

Aujourd’hui, dans Place au cinéma sur France 5, Dominique Besnehard nous présente Les Félins de René Clément avec Alain Delon et Jane Fonda.

"Mon maître absolu", c’est ainsi qu’Alain Delon a présenté René Clément lors du 66e Festival de Cannes, en 2013. Le comédien venait y présenter une copie restaurée de Plein Soleil et a confié toute son admiration pour le cinéaste inclassable sont le nom mérité d’être placé aux côtés des plus grands. "René Clément, poursuivait Delon, a été dans ma carrière l’homme qui m’a donné ma chance, m’a dirigé comme personne. Plein Soleil était mon quatrième film et je ne serai rien sans lui. Il m’a donné mes bases."

Quatre ans après la sortie du film, Alain Delon est devenu une star. Il a triomphé dans Rocco et ses frères de Luchino Visconti, dans Mélodie en sous-sol d’Henri Verneuil et dans Le Guépard (encore de Luchino Visconti). Les deux hommes se retrouvent pour la troisième fois pour une coproduction franco-américaine au budget conséquent dont Lalo Shiffrin (Mission Impossible) assure la musique.

Dans Les félins, Alain Delon est impeccable en petit voyou play-boy qui a séduit la femme d’un gangster. Pour échapper à ses poursuivants, il quitte l’Amérique pour la France et se réfugie dans un asile pour clochards sur la Côte d’Azur ; c’est là qu’il est repéré par Barbara (Lola Albright) une riche américaine qui offre son soutien aux nécessiteux. Elle l’embauche comme chauffeur et le loge dans l’annexe de sa luxueuse villa. Tout semble trop facile pour le beau Marc, coincé entre la belle américaine et sa jolie nièce Mélissa (Jane Fonda à ses débuts). Le huis-clos à l’ambiance sulfureuse va prendre un tour inattendu. Ce film réaffirme la force de René Clément dans la maîtrise du suspense.

A lire aussi sur Première

Police Python 357, polar à couper le souffle

Dans le cadre de Place au cinéma sur France 5, Dominique Besnehard vous propose de découvrir aujourd’hui Police Python 357 d’Alain Corneau, un polar cérébral porté par l’intensité d’Yves Montand et la force dramatique de Simone Signoret.