AFFICHE
2
Meltem

Accompagnée de deux potes, Elena, une jeune Française d’origine grecque, débarque sur l’île de Lesbos pour solder les comptes avec son passé. Sa mère est morte et son beau-père habite toujours dans la maison familiale qu’elle est déterminée à vendre. La rencontre avec un migrant syrien et sa relation ambiguë avec l’impétueux Nassim l’infléchiront-elles ? Ce premier film ambitieux sur le fond (moins sur la forme) part dans plein de directions (le deuil, l’héritage, l’amour, l’Europe, les migrants...) qu’il n’explore du coup qu’en surface.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
Dragon Ball Super : Broly

Le cruel (et complexé) général Freezer attaque la Terre pour s’emparer des Dragon Balls. Son Goku, Vegeta et ses amis se dressent devant lui mais Freezer a une arme secrète : Broly, qui est peut-être le légendaire superguerrier de la planète Saiyan... Bon, d’accord, dit comme ça, Dragon Ball Super : Broly peut paraître totalement hermétique et réservé à son public habituel d’otaku, d’autant qu’il s’agit d’un film dérivé d’une série animée (Dragon Ball Super, bien sûr).

Sylvestre Picard
AFFICHE
3
Rosie Davis

C’est une course contre la montre. Contre le déclassement. Contre l’humiliation de se retrouver à vivre dans la rue. Celle vécue (depuis déjà deux semaines quand le récit débute) par Rosie (Sarah Greene, saisissante) qui a dû quitter avec son compagnon et leurs quatre enfants la maison qu’ils occupaient, le propriétaire ayant décidé de la vendre et le couple n’ayant pas les moyens de l’acquérir. Depuis, chaque journée est un défi.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Captain Marvel

"Le premier film Marvel porté par une femme" : ce n'est pas très sympa pour la Guêpe (Evangeline Lilly) et Black Widow (Scarlett Johansson), mais la promo de Captain Marvel insiste tellement sur ça qu'on s'en voudrait presque de rappeler à Marvel qu'il leur a quand même fallu dix ans et 21 films pour donner à une femme le premier rôle d'un de leurs superfilms.

Sylvestre Picard
AFFICHE
2
Stan & Ollie

Après son face-à-face avec Joaquin Phoenix dans Les Frères Sisters et ses retrouvailles avec Will Ferrell dans Holmes & Watson, John C. Reilly poursuit sa filmo consacrée aux duos de choc et aux frangins malgré eux. Stan & Ollie raconte la tournée des théâtres anglais de Laurel et Hardy en 1953 (Reilly est le gros, Steve Coogan le petit), au moment où ils sont définitivement has been et condamnés à écumer les salles de seconde zone. L’argument évoque un tandem british, mais Jon S.

Frédéric Foubert
AFFICHE
4
Funan

En 1975, les Khmers rouges décident de vider Phnom Penh et de déporter ses habitants vers des camps de travaux forcés. Quiconque se révolte est tué. Une famille comme les autres prend le chemin des camps de travail. Dans cette longue file : des hommes et des femmes, des jeunes et des vieillards, qui avancent tête baissée dans l’angoisse de ce que l’avenir leur réserve. Soudain, un gamin lâche la main de sa mère. Les parents hurlent son nom. La grand-mère file à sa poursuite. Trop tard ! Les armes bloquent désormais le passage. Sovanh et ses parents sont séparés.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
Nos vies formidables

Fabienne Godet a travaillé dans le domaine de la santé mentale avant de se lancer dans la réalisation. Ce parcours explique pourquoi ses films ne sont jamais meilleurs que lorsqu’elle explore des sujets de société comme le monde du travail (Sauf le respect que je vous dois) ou l’enfermement carcéral (Ne me libérez pas, je m’en charge). Moins convaincante sur le terrain des histoires d’amour (Une place sur la Terre), elle revient à ce qui fait le sel de son cinéma en explorant le quotidien d’un centre de désintoxication.

Thierry Chèze
A Kind of magic, une année pour grandir affiche
3
A kind of magic

La beauté du documentaire réside dans la capacité de la caméra à se fondre dans un environnement pour en relayer l'essence. Un tour de passe-passe que A Kind of Magic réussit avec brio. Baptisé In loco parentis (À la place d'un parent) en version originale, le film de Neasa Ní Chianáin et David Rane nous plonge dans l'univers décalé de John et Amanda Leyden, couple d'instituteurs atypique au sein du pensionnat irlandais de Headfort.

Jean-Baptiste Tournié
Sibel Affiche
3
Sibel

Un regard perçant qui vous happe pour ne plus vous lâcher et un visage pur traversé par une multitude d’émotions puissamment violentes. Tel est Sibel, l’héroïne de ce troisième film du couple franco-turc Cagla Zencirci-Guillaume Giovanetti (Noor). Une jeune femme muette de 25 ans qui ne communique que via la langue sifflée ancestrale du village turc où elle vit avec son père et sa sœur, mais rejetée par les autres à cause de son handicap.

Thierry Chèze
AFFICHE
0
On ment toujours à ceux qu'on aime

Ah ! Les joies du roadmovie, éloge d’une liberté retrouvée le temps d’un périple réconciliateur ! Le genre, épuisé et épuisant, peut-il encore révéler quelque chose ? Sûrement, mais pas ici tant le parcours hyper balisé n’a pas beaucoup de sorties de route à offrir. Et ce malgré les atours « rock » de la chose, soit une chanteuse loseuse (Monia Chokri) qui parvient on ne sait comment à convaincre son ex (Jérémie Elkaïm) d’accepter de jouer le jeu de l’amour parfait pour sa grand-mère qui débarque des US.

Thomas Baurez
AFFICHE
4
Les étendues imaginaires

Singapour est un mirage. C’est ainsi que l’envisage le jeune réalisateur Siew Hua Yeo, 33 ans, dans ces Étendues imaginaires. Un mirage qui prend d’abord la forme d’un thriller avec la disparition inquiétante sur un chantier d’aménagement du littoral d’un travailleur chinois. Le policier en charge de l’enquête va tenter de suivre les traces du disparu et pénétrer un monde à mille lieues des rutilants quartiers d’affaires, symboles du miracle économique de cette cité-État insulaire devenue une plaque tournante d’une finance mondialisée.

Thomas Baurez
LE MYSTÈRE HENRI PICK
2
Le mystère Henri Pick

Un auteur est-il nécessairement une personne cultivée ? C’est la question centrale qui traverse Le Mystère Henri Pick, dont le récit nous conduit au fin fond de la Bretagne où une jeune éditrice découvre un manuscrit dans une bibliothèque accueillant tous les livres refusés par les éditeurs. Là, dans un amas de médiocrités, elle tombe en arrêt sur cette pépite cachée, écrite par Henri Pick, pizzaïolo mort deux ans plus tôt, qui n’avait jamais montré d’intérêt pour la littérature. Le roman devient un phénomène littéraire.

Sophie Benamon
AFFICHE
1
Maguy Marin : L'urgence d'agir

Depuis plus de trente-cinq ans, au fil d’une vie et de spectacles engagés, Maguy Marin est considérée comme une des plus grandes chorégraphes actuelles. Ce docu réalisé par son fils – et membre de sa compagnie – veut raconter son parcours mais souffre d’un manque de pédagogie. David Mambouch y mêle documents d’archives et témoignages sans assez resituer ce que représente sa mère, pensant peut-être que le spectateur sait déjà tout de leurs échanges.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Bêtes blondes

Que reste-t-il de Rivette dans le cinéma français contemporain ? De sa capacité à faire d’un scénario une matière vivante où chaque séquence, voire chaque plan, semble surgir d’un heureux – mais cohérent – hasard ? À l’heure de la dictature du scénario, personne ne semble assez fou pour tenter l’aventure. D’où cette joie immense de découvrir ces Bêtes blondes, jeu de piste façon Alice au pays des merveilles, où un être vaguement assoupi (Thomas Scimeca) se lève et enchaîne d’improbables rencontres.

Thomas Baurez
affiche Damien veut changer le monde
3
Damien veut changer le monde

Un jeune pion (Franck Gastambide, toujours juste) se met un jour en tête de sauver un de ses élèves d’une expulsion de territoire. Son plan ? Reconnaître l’enfant comme son fils afin de lui obtenir, ainsi qu’à sa mère, des papiers en règle. Les demandes d’autres mères en situation irrégulière affluant, Damien perd pied... Xavier de Choudens signe une comédie sociale qui évoque les combines de la France d’en bas et les conditions des migrants avec un humour à l’anglaise évitant les clichés et les chausse-trappes populistes.

Gael Golhen
AFFICHE
4
La flor - Partie 1 à 4

Après plus de cent vingt ans d’existence, on pourrait croire avoir tout vu et tout entendu au cinéma. Penser, à entendre certains esprits chagrins, que tous les films ont été faits. Et que les créateurs sont donc désormais condamnés à se répéter avec plus ou moins de bonheur. Venu d’Argentine, La Flor met une claque vivifiante à ces idées reçues, aux tenants du « ce ne sera jamais mieux qu’avant », à ceux qui croient dur comme fer que le cinéma a définitivement rendu les armes et abandonné à la série toute velléité créative.

Thierry Chèze
affiche exfiltrés
3
Exfiltrés

Ancien assistant de Chéreau et de Pialat puis documentariste pendant quinze ans, Emmanuel Hamon n’est pas le premier venu comme en témoigne la maîtrise formelle d’Exfiltrés, étouffante immersion dans les mondes opaques de la radicalisation, de l’espionnage et de la géopolitique. Sans gros moyens (sinon, on l’aurait volontiers comparé à du Greengrass), Hamon parvient à rendre tangible une réalité d’autant plus troublante que sa proximité pour nous, spectateurs français, est grande.

Christophe Narbonne
AFFICHE
0
ESCAPE GAME

Qui prétend que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures ? En voici le parfait contre-exemple. Prenez un zeste de Saw et une pincée de Destination finale. Plongez le tout dans l’univers du jeu d’évasion hype du moment et confiez-en la cuisson à un réalisateur habitué à accommoder les restes (le cinquième Paranormal Activity, le quatrième Insidious). Vous obtiendrez certes un film rentable, intrigant dans la mise en place du jeu...

Thierry Chèze
CELLE QUE VOUS CROYEZ !
1
CELLE QUE VOUS CROYEZ

En adaptant le roman de Camille Laurens, Safy Nebbou s’ouvrait sur le papier un territoire imaginaire infini. Celui offert par son héroïne, une quinqua (Juliette Binoche) qui, pour épier son amant, se crée un faux profil sur les réseaux sociaux et y devient une femme de 24 ans, dont tombe amoureux le meilleur ami (François Civil) de son amant. Débute alors une histoire de séduction qui devra tôt ou tard se confronter au passage du virtuel à la rencontre. Soit une promesse de romanesque, hélas, jamais tenue. Comme si Nebbou coupait les ailes de son récit dès qu’il peut s’envoler.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
JEUNE BERGÈRE

Petit paysan avait, par le biais de la fiction, brillamment raconté le quotidien épuisant, toujours sur un fil et au bord du précipice, du monde agricole.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
MARIE STUART, REINE D’ÉCOSSE

Le premier film sur Marie Stuart (reine de France et d’Écosse au XVIe siècle) a déjà 100 ans. Depuis, une demi-douzaine de films portent son nom avec notamment Katharine Hepburn ou Vanessa Redgrave dans le rôle-titre. Malgré cela, pour son premier long, l’ex-directrice artistique du théâtre Donmar Warehouse n’a pas eu peur de se frotter à ce personnage mythique. Précisons-le d’emblée, ce film risque de froisser méchamment les férus de réalité historique.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
WARDI

À l’heure où les camps de réfugiés font régulièrement la une de l’actualité, ce premier film impose un regard dénué de sensationnalisme sur les dramatiques déplacements de population. Il évoque la “Nakba” -terme arabe désignant l’exode des Palestiniens au lendemain de la guerre israélo-arabe de 1948- à travers les yeux d’une fillette d’aujourd’hui installée au Liban dont l’arrière-grand-père vécut l’enfer des camps et de l’exil.

Christophe Narbonne
The Reports on Sarah and Saleem affiche
3
THE REPORTS ON SARAH & SALEEM

C’est une histoire d’adultère en apparence banale : la patronne d’un café et un de ses livreurs. Sauf qu’elle se déroule à Jérusalem, que cette femme, mariée à un officier, est juive et son amant palestinien. La révélation de leur aventure va susciter des dommages collatéraux bien plus importants que la mise en danger de leurs couples. Une accusation de trahison, non d’un conjoint mais d’un camp : Israël d’un côté et la Palestine de l’autre.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST

Le photographe et documentariste Bruce Weber applique à Robert Mitchum le traitement qu’il avait réservé à Chet Baker dans le mythique Let’s get lost : écrin jazzy, noir et blanc sépulcral, évocation biographique diffractée, témoins de luxe (Johnny Depp, Clint Eastwood, Marianne Faithfull...).

Frédéric Foubert
Apprentis parents Affiche
4
APPRENTIS PARENTS

Pete et Ellie, un couple d’Américains working class comme on n’en voit que dans les films (joués par Mark Wahlberg et Rose Byrne, ils retapent des maisons en chemise à carreaux et boivent du vin blanc), décident d’adopter un ado, et les voilà avec trois enfants sur les bras : deux petits et leur grande soeur de 15 ans, Lizzie, plutôt duraille...

Sylvestre Picard
Affiche Santiago
4
SANTIAGO, ITALIA

La simple irruption du grand Moretti dans le documentaire attise forcément la curiosité du cinéphile qui essaiera de trouver ici ce qui subsiste du style, de l’intelligence et de l’humour du maestro, dont le récent Mia Madre est encore dans toutes les têtes.

Thomas Baurez
Les Eternels (Ash is purest white) : Affiche
4
les eternels

Exit Ash is purest white (« la cendre est d’un blanc très pur »). Le beau titre anglais a disparu, pour laisser place à une version française moins flamboyante. Pourtant, Les Éternels résume peut-être mieux le projet du cinéaste. Les éternels, c’est ce couple à l’écran. On est en 2001. Lui est un caïd, elle sa compagne rebelle.

Gael Golhen
Jusqu'ici tout va bien affiche
3
jusqu'ici tout va bien

L’histoire de Jusqu'ici tout va bien est simple : pour échapper à une sanction pour fraude fiscale, le patron d’une agence de com’ parisienne doit déménager ses bureaux et ses employés dans le pire quartier de La Courneuve.

Gael Golhen
AFFICHE
5
Les Funérailles des roses

Un sacré morceau de cinéma ressuscite en salles françaises, et c'est d'autant plus important que le film n'était jamais sorti en France : Les Funérailles des roses, réalisé par Toshio Matsumoto en 1969, raconte l'histoire d'Eddie (formidable Shinnosuke Ikehata, de son nom d'artiste Peter, qui jouera le Fou dans Ran de Kurosawa), un jeune travesti travaillant dans un bar gay tokyoïte, qui va se retrouver dans une sale affaire de p

Sylvestre Picard
Rencontrer mon père : Affiche
1
Rencontrer mon père

Dans son deuxième documentaire, le cinéaste Alassane Diago quitte son Sénégal natal pour confronter celui qui l'a abandonné dès sa naissance. Avide de réponses, le jeune homme se retrouve dans la campagne gabonaise où son père a élu domicile. Ce dernier s'y est amouraché d'une autre femme et élève ses enfants sans se préoccuper de sa vie passée. Avec une sobriété assumée, Alassane Diago s'entretient plusieurs fois avec cet "étranger", muré dans un silence coupable, sans parvenir à l'atteindre.

Jean-Baptiste Tournié