AFFICHE
3
Retour à Zombieland

En 2009, Bienvenue à Zombieland s’affirmait comme un Shaun of the Dead sauce barbecue, soit une excellente comédie qui s’intéressait autant à ses personnages qu’à l’apocalypse zombie. Dans le monde réel comme à Zombieland, dix ans se sont écoulés depuis la rencontre entre Tallahassee, Columbus, Little Rock et Wichita. Une décennie durant laquelle la petite famille dysfonctionnelle a continué d’arpenter les États-Unis, à la recherche d’un lieu où s’installer pour du long terme.

François Léger
AFFICHE
1
XY Chelsea

Chelsea Manning a défrayé la chronique en 2013 quand cette analyste militaire transgenre a été condamnée pour trahison après avoir transmis des documents secret-défense à Wikileaks. Héroïsme pour les uns, acte de traîtrise pour les autres, son geste de lanceuse d’alerte a provoqué aux USA un débat biaisé par ceux qui la stigmatisaient parce que transgenre. Mais Tim Travers Hawkins se noie dans ce sujet aussi riche que passionnant, incapable de trouver le bon équilibre entre portrait intime et réflexion politique autour de son action.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
Happy, la méditation à l'école

Connaissez-vous la méditation de pleine conscience ? En anglais : mindfulness. Cette pratique prenant son essor dans les années 70 prône, comme l’expliquent les auteurs de ce documentaire, « le fait d’être conscient, présent à ce qu’on fait au moment où on le fait et non pas perdu dans nos pensées ». Hélène Walter et Éric Georgeault sont partis aux États-Unis à la rencontre d’adeptes de cet « entraînement du mental » de plus en plus en vogue, dans les écoles, les entreprises, les prisons...

Frédéric Foubert
AFFICHE
3
Terminator - Dark Fate

Divertissement plus qu’honnête, le sixième Terminator, mené par Linda Hamilton et Mackenzie Davis, déploie beaucoup d’efforts pour ressembler au Jugement dernier (le film, pas l’événement).

Sylvestre Picard
AFFICHE
2
Les charbons ardents

Des jeunes âgés de 16 à 19 ans. Ils vivent dans les Ardennes, en région parisienne ou dans le sud-est de la France. Leur point commun : ils sont en lycée professionnel et se destinent à entrer tôt dans le monde du travail. Hélène Milano recueille leurs témoignages face caméra. Ces garçons apparaissent fatalistes et inquiets. Ils s’interrogent sur la place que la société leur réserve, eux qui se sentent victimes d’ostracisme en tant que futurs manutentionnaires ou autres mécaniciens. Leurs angoisses sont les nôtres.

Christophe Narbonne
GALERIE
2
Braquer Poitiers

Le temps d’un été, deux copains aussi tatoués que paumés séquestrent

Sylvestre Picard
AFFICHE
2
Au bout du monde

Habitué d’un cinéma de science-fiction (Invasion, Avant que nous disparaissions…) qu’il parvient régulièrement à transcender par une déchirante mélancolie, Kiyoshi Kurosawa change ici de registre en plongeant au cœur de l’Ouzbékistan dans les pas d’une journaliste télé japonaise dépêchée sur place pour une série de reportages. Entre Rendez-vous en terre inconnue et Lost in Translation, Au bout du monde raconte l’expérimentation complexe d’une culture étrangère.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
5 est le numéro parfait

Peppi Lo Cicero, un ancien tueur à gages à la retraite, passe ses journées à prendre soin de son fils Nino, qui lui a succédé au sein de la mafia. Quand Nino est assassiné, le monde de Peppi s’écroule ; il exhume ses armes et repart en guerre. Adaptant lui-même son propre roman graphique, le bédéaste Igort signe un exercice de style au scalpel et à la beauté envoûtante. L’intrigue est volontairement simple et prétexte à des déflagrations visuelles et esthétiques étourdissantes. Mais plus qu’un beau livre d’images, le film devient une déclaration d’amour au 7e art.

Gaël Golhen
AFFICHE
3
Serendipity

Voilà un film dont on sort profondément bouleversé. Sa protagoniste, Prune Nourry, touchée à 30 ans par un cancer du sein, nous invite à suivre son parcours... Et derrière son apparence de journal filmé impudique, Serendipity se révèle un véritable manifeste artistique qui offre à voir le parcours et le discours de la plasticienne Prune Nourry. L’artiste mêle son histoire – à la fois personnelle et universelle – à sa réflexion sur le statut de la femme.

Sophie Benamon
Sorry we missed you affiche
4
Sorry we missed you

Une famille broyée par les impératifs de la nouvelle économie qui imposent toujours plus de vitesse.

Thomas Baurez
AFFICHE
4
Hors normes

Une incroyable réussite qui, en s’emparant d’un sujet grave (l’autisme), impose un peu plus le cinéma de Toledano-Nakache.

Sophie Benamon
The Irishman 2
4
The Irishman

Ce qui s’annonçait comme une dernière virée en forme de coup de jeune pour les rois du film de mafia se révèle une longue rumination pleine de douleur, de vieillesse et de regrets.

Guillaume Bonnet
Maléfique 2
2
Maléfique : Le Pouvoir du Mal

Jessica Rabbit disait "je ne suis pas mauvaise, je suis juste dessinée comme ça", et le premier Maléfique, sorti en 2014, semblait découler de cette réplique en renversant de façon rigolote les archétypes Disney : son méchant originel, le modèle de tous les méchants du studio, Maléfique, devenait la belle-mère malgré elle de la princesse Aurora, victime de la violence des hommes sur les femmes -sa mutilation des ailes de fée noire était une métaphore à peine voilée du viol.

Sylvestre Picard
Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque
3
Shaun le mouton - La ferme contre-attaque

Quatre ans après ses premiers pas sur grand écran où il s’aventurait dans la grande ville et ses pièges à tous les coins de rue, Shaun le mouton est de retour au cinéma… mais joue cette fois-ci à domicile ! Car c’est à deux pas de sa ferme que vient s’écraser un vaisseau spatial d’où s’échappe une malicieuse créature extra-terrestre que le troupeau va protéger contre une inquiétante organisation gouvernementale.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
Matthias et Maxime

Attendu comme le loup blanc au dernier Festival de Cannes après la déconvenue anglo-saxonne de Ma vie avec John F. Donovan, Xavier Dolan revenait en costard sur des bases plus modestes. Matthias & Maxime est vendu comme un film de potes, un Petits Mouchoirs propre à faire le point sur la vie et les blessures intimes qui vont avec. Dolan, derrière et devant – c’est là aussi un retour, six ans après Tom à la ferme –, apparaît sur l’écran avec une tache de vin sur le visage dans une sorte d’hommage inattendu à Mikhaïl Gorbatchev.

Thomas Baurez
Angry Birds 2 : Copains comme cochons
3
Angry birds : Copains comme cochons

Sorti en 2016, le premier Angry Birds avait été une agréable surprise dans la mesure où l’on n’attendait pas monts et merveilles de cette adaptation d’un jeu vidéo. On pourrait dire la même chose de cette suite dans laquelle les oiseaux et leurs irréductibles ennemis cochons font alliance pour lutter contre une menace inconnue, située sur une troisième île. La “dramaturgie” se concentre sur Red, le héros volatile du premier volet, cette fois confronté à la perte de son influence et à une histoire d’amour possible avec une congénère surdouée.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
L'angle mort

Une boîte dans les années 70 : du funk à fond, de la fumée, et un bébé dans un berceau qui disparaît par intermittence. En quelques plans, la scène d’ouverture de L’Angle mort met en scène l’origin story d’un superhéros avec une finesse inouïe, qui rappelle quand même drôlement quelque chose. Non ? C’est, à peu de choses près, la même scène d’ouverture que celle d’Incassable, avec de la musique à la place du miroir dans lequel M. Night Shyamalan inscrivait le destin de son héros.

Sylvestre Picard
affiche Camille
2
Camille

Révélé en 2014 avec l’excellent Hope, Boris Lojkine consacre son deuxième long métrage de fiction au destin brisé de Camille Lepage, photojournaliste assassinée à seulement 26 ans en Centrafrique en 2014. Transcendant la notion de simple biopic, Camille est avant tout le récit initiatique d’une jeune femme idéaliste convaincue de l’importance de raconter les populations oubliées de ce monde et de leur venir en aide, malgré la complexité et la violence des guerres civiles qui les déchirent.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Martin Eden

Adapter le roman culte de Jack London tient de la gageure. Personne ne s’y est d’ailleurs essayé au cinéma depuis 1942. Mais Pietro Marcello relève ici brillamment le défi en conservant l’âme de l’oeuvre tout en la trahissant. Le personnage central reste un marin prolétaire (Luca Marinelli, impressionnant) qui, pour l’amour d’une jeune bourgeoise (Jessica Cressy, épatante) et grâce à la culture, transcende sa classe sociale, rongé par le sentiment de trahir ses origines.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Fahim

L’histoire vraie de Fahim Mohammad, qui débarque à Créteil à 12 ans, fuyant son Bangladesh natal avec son père. Petit génie des échecs, Fahim va intégrer l’équipe de Créteil sous la direction de Sylvain, un prof bourru, impressionnant et bon vivant -normal, puisqu’il est joué par Gérard Depardieu. Le film de Pierre-François Martin-Laval alterne moments gênants et réjouissants passages sur l’enseignement du jeu des rois suivant la méthode Depardieu.

Sylvestre Picard
AFFICHE
3
La bonne réputation

Sofia a trois enfants et baigne dans une vie d’oisiveté et de luxe grâce à la rente de la société de son mari, héritier. Jusqu’à ce début des années 80 où la crise frappe de plein fouet la haute bourgeoisie mexicaine et la pousse à tenter de sauvegarder l’essentiel à ses yeux : les apparences. Alejandra Marquez Abella signe un portrait vachard de cette élite d’hier qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle d’aujourd’hui.

Thierry Chèze
affiche little monsters
2
Little monsters

Sur le papier, Little monsters coche toutes les bonnes cases de la comédie d’horreur cintrée, façon Shaun of the Dead. On y suit les mésaventures d’une instit’ (super Lupita Nyong’o) et d’un parent d’élève (Alexander England) coincés avec des enfants dans une gigantesque ferme cernée par des zombies, échappés du camp militaire voisin. La bonne idée du film est de faire croire aux enfants qu’ils participent à un jeu éducatif ! On chante, on danse parmi les zombies (très lents) en foutant un coup de pelle de temps en temps ou en les embrochant pour rire à la fourche.

Christophe Narbonne
AFFICHE
4
Warrior Women

Il y a deux fameuses Madonna aux États-Unis. La chanteuse et Madonna Thunder Hawke, une activiste indienne qui milite depuis les années 60-70 au sein de l’AIM (American Indian Movement) pour la préservation de l’identité et de la culture des Natives. Une personnalité admirable à laquelle ce fantastique documentaire rend hommage et, à travers elle, à toutes ces femmes indiennes, à l’origine de la résistance contre l’oppresseur blanc.

Christophe Narbonne
AFFICHE
5
Joker

N’en déplaise aux pessimistes persuadés que les studios hollywoodiens ont définitivement rendu les armes côté ambition artistique, les yeux rivés sur les recettes de leurs films devenus produits, il est donc possible de regarder un film centré sur un personnage de comics sans devoir se fader des déluges d’effets spéciaux comme on essaie de noyer une viande avariée sous une sauce épaisse.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
La fameuse invasion des ours en Sicile

L’illustrateur italien, Lorenzo Mattotti, n’avait jusqu’ici fait qu’un petit pas dans la réalisation avec un des segments du film collectif gothique Peur(s) du noir. Il passe ici à la vitesse supérieure et signe un véritable coup de maître avec son premier long. La Fameuse Invasion des ours en Sicile est l’adaptation d’une nouvelle de Dino Buzzati, publiée en 1945. Léonce, roi des ours, au désespoir d’avoir vu son fils enlevé par des chasseurs, part le chercher chez les hommes en bas de la montagne, où les humains belliqueux vont se mettre en guerre contre les animaux pacifiques.

Sophie Benamon
AFFICHE
2
Quelle folie

Son ami depuis quinze ans, Diego Governatori consacre un documentaire à Aurélien, atteint du syndrome autistique d’Asperger. Et ce en lui donnant la parole pour qu’il raconte la rage qui l’anime, née de cette difficulté à incorporer les codes régissant les interactions sociales qui le condamne à une certaine solitude. Aurélien est volubile et Governatori capte la libération du chant de colère et d’espoir, toujours à bonne distance.

Thierry Chèze
AFFICHE
4
Chambre 212

Qui a dit que seuls les hommes étaient volages ? Dans le nouveau film de Christophe Honoré, découvert dans la section Un certain regard en mai dernier à Cannes, c’est son héroïne, Maria (Chiara Mastroianni), qui se révèle être une serial croqueuse d’hommes, seul moyen à ses yeux de faire durer son couple de 20 ans peu à peu gangrené par l’habitude. À condition bien sûr de le faire en douce.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
La grande cavale

Dans le village de Morneville, une bande d’animaux bien dingos lutte contre un voleur de tableaux retors... Ce n’est pas grâce à son animation –un peu trop rigide et datée malgré quelques beaux effets de matière – que le film marque des points, mais grâce à son character design tout en décalage et jouant avec les clichés : un âne qui se fait passer pour un zèbre, une chatte qui se croit agent secret, un chien de garde qui n’est pas un dur, un coq qui refuse d’engrosser la basse-cour...

Sylvestre Picard
AFFICHE
3
Papicha

La résistance à l’intégrisme se niche souvent dans les contrastes. Retourner par exemple s’attabler en terrasse après les attentats de novembre 2015 pour montrer aux fanatiques que faire régner leur ordre barbare par la peur était peine perdue. Le premier long de Mounia Meddour obéit à cette même idée de lutte par un biais en apparence futile : l’organisation d’un défilé de mode dans l’Algérie des années 90 dominée par la montée en puissance des islamistes du FIS. Nedjma, la papicha (« jolie fille » en français) du film, veut vivre sa vie sans se soucier de ce ciel qui s’assombrit.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Pour Sama

C’est un de ces sujets qui font régulièrement la une des médias mais que le temps long du cinéma permet d’approfondir. Quelques mois après le remarquable Still Recording, Pour Sama nous plonge lui aussi à l’intérieur de la guerre civile syrienne. Et ici, « à l’intérieur » ne sont pas des vains mots. Puisque sa coréalisatrice Waad al-Kateab a filmé sa vie de résistante au régime de Bachar el-Assad mais aussi de femme amoureuse et de jeune maman tout au long du siège d’Alep, la bataille la plus sanglante de ce conflit sans fin.

Thierry Chèze