DR

Le studio veut créer un nouvel univers autour du Tisseur.

"Elle a dit ça ? Eh bien c'est leur franchise, ils peuvent en faire ce qu'ils veulent… Étrange, ouais (petit sourire gêné)…" On vient de demander à Tom Holland ce qu'il pense des dernières déclarations d'Amy Pascal au CinemaCon 2017 : l'ancienne patronne de Sony Pictures, désormais productrice à son compte, assurait en effet fin mars que le deal entre Marvel Studios et Sony pourrait très bien prendre fin après Spider-Man 2. On sait depuis qu'un troisième opus devrait voir le jour si les deux premiers font des scores acceptables au box-office. Mais la déclaration d'Amy Pascal n'est pas anodine. C'est le début d'une (re)prise de pouvoir du camp Sony, qui semblait être arrivé en bout de course avec le Tisseur au moment d'accepter la coproduction de Spider-Man : Homecoming avec Marvel. 

Lors de notre visite du tournage l'année dernière, Pascal ne disait d'ailleurs rien d'autre : "On avait fait cinq films et raconté cinq fois l'histoire d'un Peter Parker impopulaire à l'école, réalisant qu'il ne pouvait dire à personne qu'il était Spider-Man. Il était vraiment temps de passer à autre chose. Le faire exister dans le monde Marvel, avec d'autres super-héros, était la seule option qui ouvrait la voie à de nouvelles histoires. C'est tout simplement historique. Sony, Marvel et Disney qui travaillent main dans la main, vous imaginez ? Ça semblait être la meilleure chose à faire". 

Exclu - Après Spider-Man Homecoming, Tom Holland aimerait que Marvel adapte la Saga du Clone

Marvel était alors en position de force. Homecoming a été tourné dans ses studios d'Atlanta et la firme a eu un contrôle créatif presque total. Dans une récente interview accordée au Hollywood Reporter, Kevin Feige (NDLR : le boss de Marvel Studios) le confirmait : "J'ai dit à Amy Pascal que le mieux serait que Sony garde les droits, mais qu'ils payent pour le film, se chargent de la distribution et du marketing. Laissez-nous simplement faire le film et incorporer Spider-Man dans notre univers". Il nous précisait dernièrement que l'accord "avec Sony stipule que nous pouvons l'utiliser dans Avengers : Infinity War et que nous pouvons produire le prochain Spider-Man en solo".

Depuis la signature, pas de querelles entre les studios. Officiellement, tout le processus créatif s'est passé dans le plus grand des calmes. "Il y a sûrement eu des tensions à un moment, mais c'est arrivé en privé. Je n'ai rien vu de tel sur le tournage", nuance légèrement Tom Holland à Première. Sauf qu'au départ, aucune porosité ne semblait envisagée entre l'univers cinématographique Marvel et les spin-offs autour du Monte-en-l'air, que Sony gèrera seul de son côté. Mais Amy Pascal bande les muscles et n'hésite désormais plus à faire des sorties publiques sur l'avenir de Spider-Man sur grand écran. Dernière en date sur Venom, le spin-off dédié à l'antagoniste de Spider-Man avec Tom Hardy dans le rôle principal : "Ces films se dérouleront tous dans le monde que nous sommes en train de créer pour Peter Parker. Ils seront complémentaires, ils se dérouleront peut-être à différents endroits mais tout se passera dans le même univers, et ils seront liés entre eux. Il est possible que Peter Parker y fasse une apparition. C'est toujours possible", dit-elle. Ce que confirme THR, qui assure que Sony compte bien essayer de convaincre Tom Holland de signer chez eux. Et d'après sa réaction, Feige ne semble pas toujours au totalement courant des plans de sa camarade, comme le montre cet amusant montage qui se concentre sur le visage du producteur :

Pascal assure par ailleurs que Sony veut s'inspirer de la méthode Marvel pour monter son propre univers, visiblement adjacent au MCU. Pas vraiment dedans, pas vraiment dehors. D'un côté, nous aurons donc le MCU "traditionnel" avec Spider-Man, Iron Man, Captain America et autres Avengers ; de l'autre celui avec les spin-offs de Sony où Spider-Man devait également faire des apparitions. Mais dans le "monde" de Sony, il n'y aura évidemment aucune référence aux autres super-héros Marvel, dont le studio ne dispose pas des droits. Compliqué à comprendre pour le grand public, pas forcément au fait des coulisses des films de super-héros, et habitué aux productions Marvel Studios qui dialoguent entre elles sans arrêt. D'ailleurs Feige lui-même n'a pas l'air d'avoir reçu le mémo au sujet de Venom, puisqu'il nous assurait encore la catégoriquement semaine dernière que "Venom est un projet purement Sony. Je ne sais pas grand-chose du projet à part qu'il y a Tom Hardy dedans, ce qui est une bonne idée de casting".

Sony s'émancipe donc, et d'un pur point de vue économique, difficile de donner tort au studio de vouloir réaliser ses propres films en s'appuyant sur l'énorme coup de pouce de Feige et de ses équipes. Maintenant que Marvel Studios a redoré le blason de Spider-Man en le rajeunissant et en l'intégrant à son univers, Sony n'a plus qu'à se baisser pour cueillir les fruits du labeur de son ancien concurrent. Le studio est gagnant sur les deux tableaux : il ramasse la mise à la fois sur les coproductions et ses productions maison. Un retournement de situation que personne n'avait vraiment vu venir au moment de la signature, et qui ne serait pas si problématique pour Marvel si Sony n'était pas en train de lui piquer l'air de rien les meilleurs méchants de l'univers de Spider-Man. Après Venom et Carnage, Black Cat et Silver Sable, le studio cherche à monter des longs-métrages autour de Mystério et de Kraven le chasseur, deux des antagonistes les plus emblématiques de Spidey. La liste des vilains potentiels se réduit comme peau de chagrin (et pas question de réutiliser une nouvelle fois le Bouffon Vert).

À terme, Sony compte-t-il de nouveau se couper de Marvel, une fois que le changement d'image de marque de Spider-Man sera confortablement établi ? Tous les scénarios sont encore envisageables. Mais quelque chose nous dit si nouveau contrat il y a, la firme de Culver City se gardera bien de signer pour plus d'un film. Et il serait naïf de sous-estimer Amy Pascal, connue pour être une femme de poigne. Sur le tournage de Spider-Man : Homecoming, elle nous racontait sur le ton de la blague avoir "travaillé avec Kevin Feige depuis le début sur les films Spider-Man. Je me souviens qu'il allait nous chercher les cafés sur le premier…" Une façon de montrer qui a vraiment le pouvoir ?

Spider-Man : Homecoming sortira en France le 12 juillet prochain.