DR

Après avoir inscrit à son tableau de chasse le meilleur démarrage américain de tous les temps devant Avengers, Jurassic World est le genre d’énorme bestiau à la cuirasse épaisse, difficile à abattre en deuxième semaine. Et le voilà qui rafle 102 millions de dollars pour son deuxième week-end. De quoi faire monter son magot américain à 398,2 millions déjà (deuxième plus gros hit de 2015 derrière Avengers : L’Ere d’Ultron), et mondial à 981,3 millions. Le film va dépasser la barre du milliard de dollars de recettes demain, à peu près, et devra attendre avant de s’attaquer à Avengers 2 (1,3 milliard) et Fast & Furious 7 (1,5 milliard).

>>> Analyse : ourquoi Jurassic World a dévoré le box-office mondial ?

Vice-Versa ne démarre donc que deuxième au box-office de ce week-end. Pourtant, Pixar peut être Joie : le film a raflé 91 millions sur trois jours, le deuxième plus gros démarrage pour un film du studio derrière Toy Story 3 (110,3 millions en juin 2010). Et décroche le record du plus gros démarrage pour un Pixar qui ne soit pas une suite, devant Les Indestructibles (70,4 millions). De plus, le film -superbe- est un véritable triomphe critique que la presse salue comme le premier chef-d’oeuvre du studio depuis très longtemps. Ayant déjà récolté 41 millions dans le reste du monde, Vice-Versa remboursera sans peine son budget de 175 millions.

 

 

 

Spy avec Melissa McCarthy résiste toujours tant bien que mal. 10,5 millions en troisième semaine, pour un total américain de 74,3 millions : ce n’est même pas encore le score de Tammy, le précédent film solo avec McCarthy qui finissait sa carrière à 84,5 millions. Et c’est très loin des résultats US d'Arnaque à la carte (134,5 millions) et Les Flingueuses (159,5 millions), ses deux hits de 2013. Heureusement, grâce des recettes internationales de 56,5 millions, le film a remboursé son budget estimé à 65 millions, mais il a eu chaud. Le réalisateur Paul Feig et McCarthy sont toutefois déjà au boulot pour Sony sur le reboot féminin de Ghostbusters qui promet d’être un gros hit.

San Andreas est toujours dans le top 5 en quatrième semaine, en attirant les spectateurs rejetés des séances complètes de Jurassic World par la promesse de voir dans une salle climatisée Dwayne Johnson jouer des muscles dans un tremblement de terre ravageant la Californie. 8,2 millions de mieux ce week-end pour un total américaine de 132,2 millions (et mondial de 414,2 millions), c’est un succès de routine pour The Rock. Des vacances, quoi.

 

 

 

Enfin, une petite nouveauté surprise dans le top 5 : Dope, une sensation de Sundance qui avait fait en février dernier l’objet d’une guerre entre studios pour s’offrir les droits de distribution. Finalement, ce fut Open Road Films (pour le territoire américain) et Sony (pour l’international) qui remportèrent l’affaire pour un chèque de 7 millions, "plus 20 millions pour les frais de pub" d’après The Hollywood Reporter de l’époque. Quatrième film de Rick Famuyima, peu connu en France (en janvier 2011, son La Guerre des pères avec America Ferrera a fait 1 550 entrées dans 10 salles chez nous), Dope raconte le quotidien d’un jeune lycéen Noir angelino surdoué mais luttant pour sortir de son quartier. Très bien accueilli par la critique, le film -sans tête d'affiche- ne démarre que cinquième avec 6 millions de dollars dans quand même plus de 2000 salles (pourquoi ne pas avoir opté pour une stratégie de limited release dans des zones choisies ?). Soit peine de quoi rembourser les droits de distribution. Et au vu de la promo inexistante, on se demande bien où sont passés les vingt autres millions.

Sylvestre Picard (@sylvestrepicard)

Box-office américain du 19 au 21 juin 2015 :

1) Jurassic World  >>Bande-annonce

2) Vice-Versa  >>Bande-annonce

3) Spy  >>Bande-annonce

4) San Andreas  >>Bande-annonce

5) Dope  >>Bande-annonce