Neuilly sa mère, sa mère
SND

Neuf ans plus tard, on retrouve Sami et son cousin Charles.

Les années 2000 se rappellent de l’arrivée tout en douceur (ou pas) de Sami Benboudaoud (Samy Seghir) chez sa tante Djamila et la famille de Chazelle à Neuilly-sur-Seine : Neuilly sa mère avait réuni 2,5 millions de curieux au cinéma, en 2009. Mais, près d’une décennie plus tard, c’est le drame : Nicolas Sarkozy a perdu les élections présidentielles au profit de François Hollande. C’est le début de la fin pour les de Chazelle, qui doivent en plus faire face aux démêlés avec la justice du papa (Denis Podalydès).

C’est l’heure pour Sami de rendre la monnaie de leur pièce à ses chers cousins, en leur offrant refuge dans la cité Picasso, à Nanterre, inversant ainsi les rôles. La famille va devoir s’acclimater à un environnement et des coutumes nouvelles. Cependant, chassez le naturel, et il revient au galop : Charles (Jérémy Denisty), d’abord en dépression sarkoziste, se reprend bien vite et entend devenir maire de Nanterre…

Adaptation moderne de La Vie est un long fleuve tranquille, Neuilly sa mère, sa mère, toujours réalisé par Gabriel Julien-Laferrière, se dévoile via une première bande-annonce qui joue sur l’inversion des situations du premier épisode. Un passage obligé, ou en tout cas attendu, mais qui promet son lot de scènes cocasses. Le casting reste le même, excepté pour la tante Djamila, qui passe de Rachida Brakni à Sophia Aram, et on peut dire que le duo phare du film a bien grandi. La coméide sortira au cinéma le 8 août 2018.

A lire aussi sur Première