DR

J. K. Rowling étend l’univers de Harry Potter. Comment, exactement ?

Les Animaux fantastiques sortira demain au cinéma. Mais que sait-on vraiment du blockbuster événement écrit par J.K. Rowling, la créatrice de Harry Potter ? Eléments de réponse garantis sans spoiler.

1. Ce n’est pas une suite de Harry Potter
Les adaptations de Harry Potter ont toutes fait un carton au cinéma, récoltant 900 millions de dollars de recettes par épisode en moyenne. Avant la sortie du dernier opus durant l’été 2011, la Warner Bros. a logiquement demandé à J. K. Rowling de poursuivre l’aventure, mais il fallait trouver LA bonne idée qui permettrait de continuer à explorer l’univers magique qu’elle avait créé sans tomber dans la redite. Et sans décevoir les millions de fans des livres et des films à travers le monde.   

Plutôt que de reprendre des personnages déjà célèbres, J.K. Rowling a proposé deux ans plus tard de raconter le passé d'un professeur secondaire, qui était là depuis le début de l'aventure, mais toujous en arrière-plan. Dans le premier tome, L'Ecole des sorciers, le nom de Norbert Dragonneau (Newt Scamander en VO) est rapidement cité, puisqu'il a écrit un livre étudié à Poudlard, Vie et habitat des animaux fantastiques. Celui-ci fait donc partie des ouvrages à acheter avant la rentrée des classes. Suite au carton des premieres tomes de Harry PotterJ.K. Rowling a publié ce court bestiaire "signé" Norbert Dragonneau en 2001, juste avant la première adaptation ciné de la franchise, afin de récolter des fonds pour des associations caritative.

En choisissant ce personnage, l'auteur pouvait s'intéresser à la vie des sorciers avant la naissance de Harry (en 1980). L'action des Animaux fantastiques se déroule en effet en 1926, quelque temps avant la venue au monde de Tom Jedusor, alias Voldemort. De plus, pour recueillir un maximum d'informations sur les créatures magiques, Norbert voyage, ce qui permet à l'écrivain d'explorer encore davantage son monde. 

Première étape ? New York où plusieurs animaux qu'il transporte dans sa valise vont s'échapper par mégarde. Alors que le ministère de la magie américain, le puissant MACUSA, a clairement interdit d'introduire des créatures sur le territoire (tout comme il refuse catégoriquement que les sorciers aient des relations avec les "No-Maj"), Norbert ferait mieux de remettre rapidement la main sur ses petites et grosses bêbêtes...

Il s'agit donc à la fois d'un préquel, puisque ça se passe longtemps avant les aventures de Harry Potter, et d'un spin-off, car l'intrigue suit un nouveau héros, peu présent jusqu'ici. Mais le studio insiste pour ne pas utiliser ces termes (parce qu'ils sont déjà trop associés à d'autres sagas, comme Star Wars ou Le Hobbit ?). Il s'agit ici d'"une extension de l'univers magique de J. K. Rowling" et non de Harry, qui ne représente du coup qu'une partie de l'univers en question. Et pour la première fois, les fans de la première heure découvriront une histoire inédite, directement écrite par l'auteur pour le cinéma. Elle publiera bien son histoire, mais sous forme de scénario, pas de roman.

 

Les Animaux fantastiques, Pottermore, The Cursed Child… Le point sur l’univers étendu de J. K. Rowling

 

2. J. K. Rowling est très inspirée par cette nouvelle saga
D'abord annoncé comme le point de départ d'une trilogie, Les Animaux Fantastiques devrait en fait initier une pentalogie. Les cinq blockbusters en question seront réalisés par David Yates, qui est fidèle à la saga depuis Harry Potter 5 - L'Ordre du Phénix, sorti en 2007. On sait que l'idée est de continuer à faire voyager Norbert Dragonneau, notamment à Paris dans Les Animaux fantastiques 2. L'auteur pourra alors détailler son parcours, tout en explorant le passé mystérieux de personnages déjà connus, comme Dumbledore ou Grindelwald, un sorcier puissant avec qui le directeur de Poudlard était ami dans sa jeunesse, mais qui a basculé du côté obscur. Une partie de leur relation est évoquée dans Les Reliques de la mort, le septière tome de Harry Potter, coupé en deux au cinéma, mais il reste encore de nombreux détails à éclaircir. 

 

J.K. Rowling parle d'un jeune Dumbledore ouvertement gay dans la suite des Animaux fantastiques

 

3. Le casting est plus adulte
Contrairement à Harry Potter, Les Animaux fantastiques ne met plus en scène des enfants, mais de jeunes adultes, déjà devenus des sorciers accomplis. Norbert Dragonneau est joué par Eddie Redmayne, vainqueur de l'Oscar du meilleur acteur récemment pour son interprétation du physicien Stephen Hawking dans Une merveilleuse histoire du temps. Il croise la route de Porpentina, une employée du Ministère de la magie américain très sérieuse, interprétée par Katherine Waterston, vue notamment dans Inherent Vice, de Paul Thomas Anderson. Sa soeur, Queenie, est une femme charmante et charmeuse capable de lire dans les pensées de son entourage. Elle est incarnée par Alison Sudol, plus connue pour ses chansons que pour ses rôles au cinéma. Avec le moldu Jacob (Dan Fogler, vu notamment dans Fanboys), elle partage un goût certain pour la cuisine, comme le dévoilait ce premier extrait gourmand.

 

Katherine Waterston explique pourquoi elle n'est pas la nouvelle Hermione

 

Voilà pour les héros. Du côté des personnages plus sombres, on peut noter la présence de Colin Farrell en agent Perceval Graves, du MACUSA, qui tente de faire régner l'ordre malgré la présence d'animaux fantastiques dévastateurs lâchés dans la ville. Ezra Miller, qui jouait un jeune assassin dans We Need to Talk About Kevin, est ici aussi un garçon tourmenté, Croyance (Creedance, en VO) qui plus est manipulé par Graves. Orphelin depuis son enfance, il a été recueilli par Mary Lou (Samantha Morton), une femme sévère et bigote lancée dans une violente chasse aux sorciers en prenant pour modèle les massacres de Salem, survenus en Amérique quelques siècles plus tôt. Ron Perlman est quant à lui un Gobelin dur en affaires, à qui Norbert tente de soutirer des informations afin de retrouver plus rapidement l'un de ses animaux.

4. Est-ce un film pour enfants ?
Harry Potter démarrait comme une saga enfantine, mais au fil des épisodes, l'histoire était de plus en plus grave, le personnage grandissant en même temps que ses lecteurs, et découvrant peu à peu la dangereuse menace qui pesait sur lui. Le héros finissait même au coeur d'une guerre entre sorciers, l'épisode de basculement étant le 4e, La Coupe de Feu, à la fin duquel Voldemort retrouve ses pleins pouvoirs. 

Qu'en est-il des Animaux fantastiques ? J. K. Rowling est-elle revenue à un univers plus enfantin ? Pas vraiment. L'ambiance est globalement plus familiale (la découverte des animaux cachés dans la valise magique du héros émerveillera sans doute les plus jeunes), mais elle est entrecoupée de séquences plus sombres. Comme nous le disions plus haut, les nouveaux héros sont tous adultes, et même si le fait de découvrir le monde magique de New York à travers les yeux du moldu Jacob apporte un peu d'humour à l'ensemble, le parcours de Creedance ou la violence de Graves sont un contrepoids de taille aux côtés enfantins de l'intrigue. 

A conseiller donc aux enfants à partir de 10 ans, mais pas plus jeunes.

5. Une histoire magique et politique

J.K. Rowling ne se contente pas de reprendre la même formule que Harry Potter pour prolonger son succès. Elle propose bien une extension de son univers, première pierre d'une nouvelle franchise qui s'annonce importante, et qui, comme son aîné, ouvre aussi sur des réflexions sociales et politiques. Derrière les scènes d'action "magiques", notamment celles mettant en scène le bestiaire de Norbert, il est question d'intolérance, de maltraitance, de prise de pouvoir des sorciers sur les moldus... Et ces thèmes seront à nouveau au coeur des suites. Bande-annonce :

Les Animaux fantastiques et Harry Potter s'exposent à Paris