10 choses à savoir sur A la poursuite de demain sans se le spoiler
Disney
1. Le film s'inspire des parcs Disney
Disney
2. Mais contient plus de références à Star Wars qu'à Walt Disney !
Disney
3. C'est futuriste
Disney
4. C'est pour toute la famille
Disney
5. Et c'est optimiste et écolo
Disney
6. George Clooney est cool
Disney
7. Et les jeunes actrices du film encore plus !
Disney
8. La scène de la Tour Eiffel n'est pas la meilleure du film
Disney
9. Tomorrowland a dû changer de titre
Festival Tomorrowland
10. Samuel L. Jackson a failli avoir un super caméo à la fin du générique
Marvel
10 choses à savoir sur A la poursuite de demain sans se le spoiler
1. Le film s'inspire des parcs Disney
2. Mais contient plus de références à Star Wars qu'à Walt Disney !
3. C'est futuriste
4. C'est pour toute la famille
5. Et c'est optimiste et écolo
6. George Clooney est cool
7. Et les jeunes actrices du film encore plus !
8. La scène de la Tour Eiffel n'est pas la meilleure du film
9. Tomorrowland a dû changer de titre
10. Samuel L. Jackson a failli avoir un super caméo à la fin du générique

1. Le film s'inspire des parcs Disney

A peine tombée, la première bande-annonce de Tomorrowland a été décryptée par des internautes, qui ont reconnu la forme de Space Mountain dans l'un des buildings futuristes du monde créé par Brad Bird. Cela semblait confirmer que le long-métrage est lié à la création des parcs Disney dans les années 1950. C'est en partie vrai.
Le nom de Tomorrowland vient effectivement d'une partie des parcs, dédiée aux attractions futuristes, comme Star Tours, Autopia, Space Mountain etc. Le début du film évoque clairement Walt, une courte séquence se déroule même au sein d'A Small World (les poupées) et on entend la musique entêtante du parcours, comme à Disneyland. Mais c'est à peu près tout. Une fois passée cette introduction, on n'entendra plus vraiment parler de Walt et de ses inventions. Il y a bien un lanceur de fusées qui ressemble à Space Mountain, mais c'est simplement un élément de décor.
Notez qu'au moment de préparer Tomorrowland, Disney planchait aussi sur un film de SF consacré à Space Mountain, mais suite l'échec du projet de Brad Bird, celui-ci s'est retrouvé en stand-by. En revanche, Jungle Cruise, un film d'aventure porté par Emily Blunt et Dwayne Johnson, verra bientôt le jour. L'attraction n'existe pas dans le parc français, mais c'est un classique de Disneyland aux USA.

2. Mais contient plus de références à Star Wars qu'à Walt Disney !

Il y a pas mal de clins d'oeil à Star Wars à l'écran, notamment dans une scène se déroulant dans une boutique (chut, on n'en dit pas plus). C'est assez amusant quand on sait qu'entre le rachat de Lucasfilm par Disney et le début du tournage de Star Wars 7 sous la direction de J. J. Abrams, Brad Bird s'est vu proposer la mise en scène du Réveil de la Force. "La productrice Kathleen Kennedy m'a proposé de réaliser le nouveau Star Wars alors que George Clooney venait de s'engager avec nous, a expliqué à regret le réalisateur. On avait enfin le feu vert. J'ai quand même demandé à Kathleen s'il y avait moyen que Disney décale son tournage le temps que je finisse À la poursuite de demain, mais ce n'était évidemment pas possible. Je ne pouvais pas réaliser L'Épisode 7 sans tuer mon film. Plus délicat, plus fragile... Dire non n'a pas été facile, mais je suis sûr d'avoir pris la bonne décision. De toute façon, il n'y avait aucun doute : Star Wars se ferait, avec ou sans moi."

3. C'est futuriste

Walt Disney n'est donc pas si présent que ça dans Tomorrowland, au final, mais c'est bien lui qui a inspiré l'idée de départ du film. Damon Lindelof a expliqué qu'il avait imaginé l'intrigue en partant de la manière dont les génies/scientifiques/inventeurs du passé imaginaient le futur. Comme Thomas Edison, Gustave Eiffel ou Jules Verne par exemple.

Le film s'intéresse donc au concept même de futur, au fait que le futur imaginé hier n'est finalement pas celui dans lequel on vit aujourd'hui. "Mis ensemble, les mots 'demain' et 'pays' font un drôle d'effet, pour le scénariste. Dans le temps, le terme 'demain' avait une connotation positive alors que de nos jours, il renvoie à quelque chose de sombre et d'incertain. Pourquoi cela a-t-il changé ? Quand j'étais gamin, le futur semblait lumineux, plein de promesses. C'était pourtant la Guerre froide, l'anéantissement nucléaire ne tenait qu'à une pression de bouton... Le film s'interroge sur ce changement de perspective à travers le récit d'une fable ou d'un mythe."

4. C'est pour toute la famille

A la poursuite de demain a un côté assez enfantin. Contrairement à de nombreux blockbusters actuels qui mettent en scène des méchants effrayants ou des morts violentes (même ceux qui ne sont pas interdits aux moins de douze ans, finalement), Tomorrowland s'adresse à toute la famille. Surtout aux enfants d'ailleurs. Les plus jeunes spectateurs peuvent s'identifier à Athena, fillette espiègle qui a plus d'un tour dans son sac, et le message "il faut sauver la planète et ne pas baisser les bras" leur est directement adressé. Tout comme l'idée qu'il faut continuer à s'émerveiller de nos expériences, même en vieillisant. Enfin, les adversaires de Casey, Frank et Athena ne sont pas franchement effrayants. Au contraire, leur comportement est souvent si exagéré qu'ils en deviennent ridicules.

5. Et c'est optimiste et écolo

En plus d'être basé sur une idée originale (s'inspirant de la conception du futur par les savants d'hier, mais pas d'un roman ou de BD par exemple), Tomorrowland est un blockbuster optimiste, qui se moque des films sombres qui pullulent en ce moment à Hollywood en misant sur une héroïne toujours positive (Britt Robertson est géniale, on y reviendra). L'idée est cool, même si elle ne tient pas toujours bien le coup face à la réalité : l'un des sujets principaux du film est l'écologie et tout le mal que l'homme fait subir à la planète. Sans en dire trop, la théorie développée dans la deuxième partie du blockbuster n'est pas toujours très cohérente, et le message est finalement très classique. C'est dommage, même si l'intention de départ était louable.

6. George Clooney est cool

Si Hugh Laurie n'a pas grand chose à jouer (en plus, c'est à lui que revient la lourde tâche de délivrer le message moralisateur aux spectateurs), George Clooney s'amuse clairement à l'écran. On ne l'avait pas vu aussi à son aise depuis Burn After Reading : il prend un malin plaisir à échanger des piques avec la petite Athena (Raffey Cassidy), a quelques punchlines sympathiques (dont une pour éviter toute explication scientifique : "Do I have to explain everything? Can't you just be amazed?") et participe à la scène d'action la plus impressionnante du film.

7. Et les jeunes actrices du film encore plus !

Mais les vraies révélations du film, ce sont Britt Robertson et Raffey Cassidy, parfaites dans la peau de Casey Newton, fille d'un ingénieur de la NASA qui se passionne pour les sciences, et Athena, jeune habitante de Tomorrowland. On les avait déjà vues ici et là (la première dans Scream 4 ou la série Under The Dome, la seconde en version jeune de Kristen Stewart et Eva Green, respectivement dans Blanche-Neige et le chasseur et Dark Shadows), mais on découvre pleinement leur talent ici.

Mention spéciale à Raffey, dont le personnage malicieux et entêté apporte beaucoup d'humour et de rythme au film. Casey, quant à elle, est une boule d'énergie toujours optimiste, qui demande sans cesse pourquoi elle a été choisie pour découvrir Tomorrowland. Un running-gag qui se moque gentiment des blockbusters suivant un jeune héros "élu" pour une mission spectaculaire.

8. La scène de la Tour Eiffel n'est pas la meilleure du film

Largement teasée dans les bandes-annonces, la séquence où la Tour Eiffel se transforme en base de lancement pour une fusée est réussie et importante dans l'intrigue, mais finalement assez courte. Une fois au cinéma, on a déjà vu une grande partie de cette scène au sein des vidéos promotionnelles.

Par contre, il y a un passage qui a été peu montré et qui est particulièrement bien ficelé : celui qui se déroule dans la maison de Frank (George Clooney). Un lieu bourré de pièges dignes des meilleurs jeux vidéo de stratégie. Le rythme de cette séquence est complètement fou et Brad Bird y déploie une excellente idée à la seconde. Son but ? S'adresser à l'enfant qui sommeille en chacun de nous. Tout se mélange ici : action originale, défis visuels et touches d'humour. C'est du grand spectacle, dans le bon sens du terme. Une scène parfaitement orchestrée. A peine terminée, on a hâte de la revoir pour la décrypter...

9. Tomorrowland a dû changer de titre

Pourquoi Tomorrowland est-il devenu A la poursuite de Demain en France ? A cause d'un festival de musique électronique organisé en Belgique depuis dix ans, qui connait un succès croissant. En France, il existe un équivalent à Tomorrowland au sein de Disneyland : Discoveryland. Pourquoi ne pas avoir choisi ce nom ? Sans doute pour conserver le terme 'demain', qui est si important aux yeux des créateurs du film (lire l'entrée n°3 : C'est futuriste). Et cela permet aussi de ne pas changer le nom de l'endroit en question lors des traductions en VF.

10. Samuel L. Jackson a failli avoir un super caméo à la fin du générique

Cette présentation se termine comme elle a commencé, à propos de Star Wars. Le film multiplie les références à la saga de George Lucas, mais Damon Lindelof a révélé à IGN quil voulait carrément conclure Tomorrowland sur un clin d'oeil, à la fois à La Guerre des Etoiles et à Disney en général : "Alors voilà, je voulais qu'une fois les noms défilés, on retrouve le pin's à l'écran (celui qui permet d'accéder à Tomorrowland, ndlr). Et c'est Sam Jackson qui l'aurait touché. Il aurait porté un patch sur un oeil et un sabre laser dans une main. Il aurait eu l'air tout confus et aurait lâché : 'Quoi ? Je suis aussi dans ce film ?'et là BAM, écran noir".

Une excellente idée, en effet, qui fait référence aux célèbres rôles de la star chez Marvel et Lucasfilm, deux studios qui appartiennent à présent à Disney. Mais cette scène bonus aurait-elle collé à l'ambiance générale deTomorrowland ? Elle aurait sans doute été trop meta. Même si elle a fait rire Brad Bird quand le scénariste l'a pitchée, il ne l'a finalement pas conservée. D'ailleurs, il n'y a pas de scène post-générique dans le film. Sa fin restait est assez ouverte pour qu'une suite puisse être envisagée, mais vu son score au box-office, l'aventure s'est arrêtée là.

Ce film de SF original de Brad Bird avec George Clooney revient ce soir sur M6.

A la poursuite de demain (Tomorrowland, en VO) n'a pas connu un grand succès au cinéma, en 2015, remboursant à peine son budget conséquent de 190 millions de dollars dans le monde. Pourtant, ce projet de SF de Brad Bird débordait d'idées originales, de l'hommage à l'optimisme de Walt Disney (le film s'inspire directement de ses espoirs du monde du futur) à ses scènes d'action mémorables (la baignoire !), sans oublier son super casting, de George Clooney à la révélation Britt Robertson en passant par Hugh Laurie. Faites-nous confiance, l'aventure vaut le coup d'oeil !

Par Elodie Bardinet (@Eb_prem)

Brad Bird : "Avec Tomorrowland, j'ai essayé de faire quelque chose de différent"

Notez que le film sera suivi d'un autre "flop" de Disney, pourtant lui aussi bourré de qualités : Lone Ranger, de Gore Verbinski, sorti en 2013.

Bande-annonce de Tomorrowland :

Les Indestructibles, Ratatouille, Le Géant de fer : Pourquoi Brad Bird est le plus « joueur » des réalisateurs